VICHY-VERTIGO-Une mémorielle damnation

(2 avis client)

7.99 16.90 

Cité thermale dite Reine des villes d’eau, Vichy est devenue capitale de l’Etat Français en 1940. Cet essai proche d’une fiction rend compte de « cette tragique aventure ». Pourquoi une « malédiction de mémoire » pèse-t-elle toujours sur la ville et ses habitants ?
Une réponse architecturale et artistique propre au charme de la ville d’eau vouée au sport et à la santé, le fait d’une absence totale de monumentalité politique de Vichy-Capitale de l’Etat Français sous l’Occupation, lui permettent de s’être retournée, en majesté, à sa vocation première de Reine des villes d’eau.
Vichy, dont les attributs depuis l’époque gallo-romaine sont ceux de l’eau qui guérit le corps, retrouva son éclat et son élan. Avec dix autres villes d’eaux de la Mitteleuropa, Vichy est candidate au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Vichy-Vertigo est un essai de fiction littéraire destiné à révéler que les épithètes de « Vichy Capitale » ou « Gouvernement de Vichy », voire « Régime de Vichy », du fond des mémoires enfouies, raniment le souvenir de l’antique et terrible damnatio mémorielle (malédiction de la mémoire). Comment de Paris au reste de la France et du monde, les strates de l’histoire ont-elles élevé les hauts murs des labyrinthes d’une mémoire sourde imposée à Vichy ? Le guerrier de la Paix du monument aux morts, voile et cache le blason d’une ville dont il ne faut pas altérer l’identité thermale et touristique. Vichy, ville de guérison, ne fut pas une ville de garnison. L’écriture habite l’histoire mais par la transmission citoyenne c’est la mémoire qui est toujours vivante. Interrogée par de nouvelles générations, l’histoire, mise au divan de Clio, voit sa narration enrichie par le questionnement des mémoires enfouies et latentes.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

La cité thermale, « Reine des villes d’eau » est candidate avec dix autres stations thermales européennes à. Ensemble, elles briguent le titre officiel de « Great Spas of Europe ». Vichy pour son savoir-faire et son cadre architectural éclectique a été la seule station française retenue. La « ville inventée » le fut, par une « irrésistible ascension » de 1800 à 1930, soit un long XIXe siècle, ville thermale à contre-courant d’une histoire guerrière, c’est au déplacement du regard, que nous sommes conviés. Il faut voir la ville à l’heure où les fantômes de l’histoire retournent au clair-obscur des mémoires emmêlées. Une ville qui n’a servi qu’un temps aux « pétineries sanglantes » (Maurice Garçon) des derniers dévots du Maréchal de Vichy-Etat. (page 11).

 

Que l’épithète calomnieuse « gouvernement de Vichy » soit effacée, que Vichy revienne à son attribut qualitatif de ville thermale vouée à la cure et au sport, ce qu’elle n’a jamais cessé d’être !

********

Les historiens écrivent pour leurs pairs. Les romanciers imaginent et révèlent le passé. Les poètes le travestissent et le transmettent par leur expression majeure. Pratiquer le récit d’histoire est toujours un peu mentir avec son cœur. Qui de Schiller ou de Kant a le mieux su célébrer le cosmopolitisme citoyen de la Paix ? Ce soir sans fin, à minuit sans lune, à Vichy, le monument est désert ; il fait si sombre sur cette histoire. Unis aux silencieux du sacrifice, luit toujours en nous, cette étincelle d’espérance pacifique qui nous guide vers un avenir du moindre obscur. Les ailes sombres figurant au monument du « guerrier de la paix » de Vichy ne sont pas seulement celles, attristées par le deuil de la victoire, mais aussi les fragiles élytres lumineux de l’espérance fraternelle.

On a pu le penser à Vichy, l’écrire et le croire !

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

2 avis pour VICHY-VERTIGO-Une mémorielle damnation

  1. Catherine Lamousse

    Bien cher Robert,

    pour vous dire que j’ai dévoré votre dernier livre avec un intérêt
    proche du ravissement.
    C’est une belle synthèse historico-philosophico-socio-psycho et
    culturelle naturellement du passé, mais aussi du présent de notre
    ville.
    Comme toujours, je suis impressionnée par l’étendue de votre
    culture…

    Pourriez-vous svp me déposer un exemplaire à la grande librairie un
    ouvrage dédicacé si possible, pour mon confrère et ami, le Docteur
    Bernard LISSONDE de SOUVIGNY que vous connaissez probablement par
    d’autres réseaux.
    Je passerai le chercher dès que vous me direz que c’est possible.

    Merci encore !

  2. Jean Lebrun /Radio France

    extrait de courriel de Jean Lebrun, Radio France qui a cité
    Vichy Vertigo à l’émission “la Marche de l’histoire”:

    Cher Robert,

    “J’ai lu ton Vichy vertigo avec beaucoup de plaisir, hier soir.

    J’y ai vu beaucoup de belles perspectives cavalières.
    L’architecture faite de faux positifs et qui renvoie systématiquement
    à l’Europe. La petite musique des hôtels et des villas.
    L’aspiration à la paix entre les nations qui, certes, correspond aux
    intérêts de l’Arcadie thermale mais qui perdure, comme en témoigne
    ce curieux monument aux morts inauguré inachevé alors que Briand est
    mort et Hitler déjà au pouvoir. L’Etat français bien incapable de
    marquer de son empreinte la physionomie de la ville. Et, depuis, la mal
    mémoire.

    Ce livre est aussi un feu d’artifice de formules. Un peu à la
    Lambron, que tu cites si souvent……”

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Robert Liris

Robert Liris, fut professeur d’histoire-géographie au Lycée de Vichy de 1966 à 1997. Par ses heureuses relations avec les Vichyssois, l’exercice de sa profession, la pratique d’une psychohistoire apprise aux USA, il a peu à peu pris conscience du mal-être provoqué dans le département de l’Allier et le Bourbonnais par l’épithète infamante : « gouvernement de Vichy ». Vice-Président de l’Association américaine de psychohistoire de 2005 à 2015, il a fondé la Société française de Psychohistoire, french Branch de l’Association US. de New York. Actuellement consul honoraire de la République de Serbie à Clermont-Ferrand, il a écrit dans la revue Dialog de Belgrade plusieurs articles sur l’effondrement de la Fédération Yougoslave. Un ouvrage sur la recherche de la première identité européenne de la civilisation Vinca a été publié à Belgrade (Ed. Pesic’ I Sinovi.). Son point de vue comparatiste est influencé par la vision des temps et des espaces multiples chers à F. Braudel. Robert Liris est, à sa façon, un de ces explorateurs d’une deep history devenue mondiale. Pour différents plasticiens il a rédigé des catalogues d’art en diverses éditions. Son écriture est très influencée par une expérience poétique sensible à la proclamation de Jean Pierre Siméon son ami et préfacier : « la poésie sauvera le monde ! »