Une ombre couleur de lait – Tome 7 -Daoma Sittala

8.99 18.90 

Elle a acheté deux gros bâtards qu’elle met de côté et va chercher un morceau de pain moisi resté au fond de la panière humide. Elle joint les mains au-dessus et dit une prière de bénédiction pour que le poison de la moisissure ne lui fasse pas de mal. Elle ne peut pas se résoudre à jeter ce pain : tout cet argent perdu, non, non, ce n’est pas envisageable. Les yeux fermés, elle dit amen, sûre que Dieu va finir un jour ou l’autre par marcher dans sa combine. Il la bénira et elle n’aura plus mal, elle pourra même manger des clous. Elle ouvre ensuite une boîte en plastique dans laquelle une salade composée a commencé de fermenter. Elle hume avec délectation les relents acides, encore… mmm, encore !

Un cas d’école, oui… Mais quelle école ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Je voulais savoir, je sus.

Bohr était bien chauve, et mythomane : d’où ces flottements que j’avais remarqués dans sa manière de répondre, basée précisément sur l’art de ne pas répondre et celui de broder.

Il n’avait rien à proposer. Il naviguait à vue.

Un homme gentil, avec de solides connaissances, certes, mais je ne confondais pas docteur avec grand-mère qui a ses trucs, même si grand-mère, parfois, réussit mieux que le docteur. Je ne confondais pas ingénieur avec M. Bricolo qui a un talent fou, même si M. Bricolo, parfois, se montre plus ingénieux que l’ingénieur.

Ne parvenant pas à se saisir de son grand rêve humanitaire, Bohr s’inventait une vie qu’il tentait d’incarner dans la peau d’un toubib qu’il n’était pas, dans celle aussi d’un alchimiste qui n’avait jamais vu son plomb tourner en or, malgré un athanor de sa fabrication (fallait-il le croire), une merveille de fonte, d’art et de cuivre, dressée dans un atelier creusé à même un pan de montagne.

 **********

Hoquetant et bavant, elle bafouille :

— Comment je pourrais continuer de vivre si je ne suce plus les autres ?

— Sucer ? Vous avez dit sucer, Daoma ? Vous vivez en mendiante devant la porte de votre coffre-fort bourré de zéros qui se multiplient en dormant, et vous vous comportez comme un vampire affolé à l’idée de ne plus pratiquer le suçon ? Je vous repose la question : allez-vous consentir oui ou non à respecter mes recommandations ?

— Non !

— Eh bien, soit. Je vous ramène à la gare.

— Non !

— Très bien. Si vous voulez vous débrouiller seule, c’est tout à votre honneur.

— Non, je veux rester, je vais réfléchir.

— Vous avez eu six mois pour réfléchir. Allez hop ! Ramassez votre sac, vous réfléchirez dans le train.

— Non, non ! Je promets, j’arrête de sucer, c’est juste que j’ai peur de manquer si j’arrête.

— Ah oui, pardi : manquer ! Ce qui vous manque, c’est un cœur et une tête qui aille avec, Daoma. Dieu que vous êtes pauvre ! Vous êtes la personne la plus pauvre du monde !

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une ombre couleur de lait – Tome 7 -Daoma Sittala”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Sée Marraine

La femme, plaie vive de l’humanité, info ou intox ? Sée Maraine a vingt-deux ans quand elle se le promet, elle vouera sa vie à la recherche du sens, seul capable d’annihiler la réponse info. Après une vie de mère célibataire compliquée et les petits boulots qui vont avec, elle devient thérapeute. Cela ne lui suffit pas. Elle écrit depuis l’âge de vingt-huit ans. Poussée par le désir de partager avec le monde qui souffre des femmes, comme les femmes souffrent du monde, les moyens de guérir d’une intox, elle décide de tenter l’édition. Dix ans se sont écoulés depuis sa première tentative quand, le 26 février 2020 à 8 h 22 elle reçoit un message : les Éditions Sydney Laurent lui annoncent un retour favorable. Deux jours plus tard, elle signe ses premiers contrats. Son rêve d’écrivain semble se réaliser.