Une Ombre couleur de Lait – Tome 3 -Le père, ce premier homme

7.99 18.90 

Enfin, le pas décisif. Pour certains c’est facile et ils vous disent : « Mais qu’est-ce que tu attends pour te tirer de là ? Je ne te comprends pas ! Tu n’es pas bête, quand même ! » Qui n’a pas été embrigadé ne peut connaître la condition de ceux et celles qui le sont. L’aberration prend les rênes de votre vie. Un enfer répressif menace votre équilibre mental. La folie et la mort, pas très loin, qui guettent vos jours détraqués par l’amnésie. Mais non, non, non et non. Quitte à mourir, vous préférez mourir en essayant de reprendre le contrôle de votre attelage.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Zach. Englouti. Aspiré dans l’égout du vieux ventre qu’il tire par la jupe. Théo. Les yeux dardés avant de disparaître sous la graisse insatiable du ventre antérieur et glouton. Petit poisson, bouche ouverte contre la paroi de verre. Syncopes du silence en sourds appels traqués, au bord des lèvres bleues. La douleur a dépassé le mur du son. Mamie a bu l’atmosphère. Tout est muet. Alors le regard qui relaie, bravant les serres d’un effroi maximal. Une lueur se soude dans la percée des ombres au cri de mon étoile. Un fil. Elle fait un fil pour l’amour funambule qui crie avec les yeux maman, je t’aime, je t’aime. On le sait tous les deux et on se le dit dans le cœur et on l’entend dans le cœur et on se tient la main par le fil cloué dans nos pupilles.

*******

Mes pilules piégées vandalisent ma mémoire mais laissent intacte ma faculté de raisonner. Le cerveau est ainsi fait que la chimie des poisons s’attaque à certaines aires et pas à d’autres.

Pour chaque poison une aire de prédilection.

Des pans entiers de ma vie disparaissent. Je ne reconnais plus les gens avec certitude ni même mes enfants. Quand je vais les chercher à l’école, j’attends qu’ils me rejoignent pour ne pas me tromper de gosses. Maintenant que les voici près de moi, je me sens séparée d’eux par une obscurité de plus en plus cruelle. D’ici quelque temps vais-je me souvenir que je suis leur mère ? Si je ne m’en souvenais pas, l’œuvre du pasteur Tablot et de mamie Féfé culminerait dans l’amnésie de ma maternité et leur crime serait parfait.

Ma mémoire rechigne de plus en plus devant la construction d’enchaînements compréhensibles. Je recours donc à ma raison, procédant par constats, déductions et assemblages logiques pour me diriger dans un enfer de résonances dénuées du sens que leur donnerait le souvenir.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une Ombre couleur de Lait – Tome 3 -Le père, ce premier homme”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Sée Marraine

La femme, plaie vive de l’humanité, info ou intox ? Sée Maraine a vingt-deux ans quand elle se le promet, elle vouera sa vie à la recherche du sens, seul capable d’annihiler la réponse info. Après une vie de mère célibataire compliquée et les petits boulots qui vont avec, elle devient thérapeute. Cela ne lui suffit pas. Elle écrit depuis l’âge de vingt-huit ans. Poussée par le désir de partager avec le monde qui souffre des femmes, comme les femmes souffrent du monde, les moyens de guérir d’une intox, elle décide de tenter l’édition. Dix ans se sont écoulés depuis sa première tentative quand, le 26 février 2020 à 8 h 22 elle reçoit un message : les Éditions Sydney Laurent lui annoncent un retour favorable. Deux jours plus tard, elle signe ses premiers contrats. Son rêve d’écrivain semble se réaliser.