Une caresse de trop

6.99 11.90 

Charlène est face à son passé. Elle a mis du temps à se reconstruire. Pas évident quand elle y repense, mais aujourd’hui, elle se sent enfin prête. Elle a minutieusement préparé sa vengeance pendant plus de vingt ans. Durant ses années chaotiques, sa vie se résumait à des séjours en psychiatrie à répétition. Elle n’a jamais voulu en parler à qui que ce soit, encore moins aux médecins, elle aurait été « shootée » davantage. Elle se souvient en avoir parlé à son père, au lieu d’aller voir le bourreau de sa fille, la fautive c’était elle, la putain c’était elle. Était-elle coupable d’être née fille ? Marquée cette nuit-là, par la violence de son père, elle ressent encore le coup de poing dans le ventre. NON !! Elle a décidé de ne rien dire, de ne plus parler, elle n’avait plus confiance envers les personnes adultes, ils ont tous, d’une certaine manière, une morale de perversité, quel que soit le sens du terme. Elle était devenue le fantôme d’elle-même, totalement droguée de médocs. C’est dans un centre psychiatrique, où, placée en isolement, elle commence à imaginer sa vengeance. Elle s’est mise à écrire, faire un plan d’exécution où le travail serait fini en deux semaines. Elle se met à penser à la mettre en pratique, comme le pervers, quand il a eu cette pulsion envers elle, ce fut une caresse de trop !

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une caresse de trop”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : E.M.A (la mandragore)

E.M.A est née en 1967, elle se destinait à des études de journalisme. Le premier livre qu’elle a lu « mon bel oranger » allait la marquer à jamais pour bien des raisons. Elle a tenu un journal intime dans lequel elle écrivait en particulier les épreuves qu’elle traversait. Étudiante, pour se faire de l’argent de poche, elle a écrit plusieurs nouvelles policières pour divers magazines et pour des concours. Elle a pratiqué le théâtre pendant onze ans, chose qui lui a permis de sortir tout le mal en elle pour le mettre dans le personnage qu’elle devait jouer. Elle a une préférence pour les rôles de « dramaturges » entre autres. Racine. Écrire, c’est vivre, respirer, penser, se dévoiler, sans être enchaîné. L’écriture pour elle est une Délivrance. Elle a beaucoup lu, tous les styles, surtout l’auteur de Misery, ÇA, Marche ou crève, Shining, le fléau, etc. C’est son exemple, son maitre du polar, un exemple pour elle, une des grandes références du suspense, « STEPHEN KING ». E.M.A a une admiration inconditionnelle pour le regretté Charles Aznavour, qu’elle a eu la chance de rencontrer à quatre reprises. Elle n’oubliera jamais quand, ensemble, ils ont interprété deux titres qu’elle aime particulièrement de lui : « Je ne suis pas guéri de mes années d’enfance » et « Ma Mémoire, » lors d’une des rencontres au Salon du livre.