Une brebis philosophe

7.99 16.90 

La fiction débute en 2036. Une brebis a été clonée et a reçu des cellules humaines après que les chercheurs aient retiré quelques cellules au stade embryonnaire du blastocyte, c’est-à-dire au cinquième jour de son développement embryonnaire. Sa gestation a entièrement été assurée dans un utérus artificiel. Au quatrième mois de son développement, des cellules cérébrales humaines ont été greffées dans son cerveau. Des électrodes reliées à un puissant ordinateur lui ont ensuite permis de recevoir toutes les informations qu’elle demandait et de transcrire toutes ses pensées. Elle va ainsi réfléchir sur des questions de philosophie pratique : la mort, la violence, le pardon, le mal, la fécondation et la gestation artificielles, le droit à l’enfant et les droits de l’enfant, l’amour.
L’équipe de scientifiques, après la mort de cette brebis, se rend compte des dangers que présenterait cette expérience si elle était reproduite avec un embryon humain, et elle décide de ne pas publier ses travaux. Mais l’un des expérimentateurs a l’autorisation de la relater sous forme d’un roman, à la condition de ne pas dévoiler les méthodes employées. Ainsi, la vie de cette brebis extraordinaire aura quand même une utilité.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE
Mon prénom est Lola, ce qui peut se prononcer dans à peu près toutes les langues. Je n’ai pas de nom car, en réalité, je n’ai pas de famille. Le choix de mon prénom a donné lieu à de grandes discussions. Chacun avait son opinion, et c’est par un vote que la décision a été prise. Vous avez forcément entendu parler de moi car, après ma naissance, le 5 juillet 2036, toutes les sources d’information, qu’elles soient scientifiques ou populaires, en ont fait une nouvelle de première importance.
La date avait été soigneusement choisie : c’était le cinquantième anniversaire de la naissance de la brebis Dolly, premier animal à être né par clonage. C’étaient les chercheurs du Roslin Institute d’Édimbourg qui avaient réussi cet exploit. Depuis, le clonage des animaux est très répandu. Certains font même cloner leur animal de compagnie pour avoir l’impression de garder toujours le même ! C’est ainsi que j’ai été conçue d’un ovule énucléé d’une brebis, dans lequel on a introduit un noyau cellulaire. Il n’a même pas été nécessaire de transplanter l’embryon dans l’utérus d’une autre brebis, car les scientifiques disposent maintenant d’incubateurs artificiels. Ces techniques sont au point depuis plusieurs années, elles sont à la base d’une méthode connue sous le nom d’ectogenèse, dont les premiers essais avaient été effectués en 2017 par une équipe américaine, justement sur des fœtus d’agneaux. Ces derniers étant placés dans une poche plastique, remplie de liquide amniotique, et le cordon ombilical branché sur un tuyau fournissant de l’oxygène. Cette technique est même employée chez l’homme pour assurer la survie de grands prématurés, quand le développement insuffisant de leur système respiratoire ne permet pas de les soigner dans une couveuse classique. Si cette méthode est utilisée pour sauver des prématurés en danger, nul ne l’avait encore essayée pour obtenir une grossesse totalement en dehors de l’utérus maternel, une ectogenèse complète, à partir de la fécondation et du développement d’un embryon jusqu’à la naissance du petit.
C’est parce que mes concepteurs (dans les deux sens du terme) ont réussi cette prouesse que ma naissance a été considérée comme extraordinaire. Mais ils sont allés beaucoup plus loin, en voulant introduire dans mon corps des outils permettant de créer une intelligence artificielle, me rapprochant du genre humain.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une brebis philosophe”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Gaillon

Médecin, ayant pris sa retraite en 2003, Roland Gaillon a entrepris des études de théologie (diplôme universitaire de théologie de la faculté catholique d’Angers et certificat d’études bibliques Ancien et Nouveau Testament de l’Institut catholique de Toulouse. Enfant caché pendant la guerre en raison de son appartenance au peuple juif, et ayant perdu ses parents assassinés à Auschwitz, il intervient régulièrement dans les classes de troisième des collèges et de première et terminale des lycées, donnant son témoignage sur la Shoah. Poussé par les professeurs, il a écrit son autobiographie, publiée en 2010. Depuis, il a écrit un roman sur l’immigration, en 1901, d’une famille de Juifs ukrainiens. Un troisième livre a été publié sur l’histoire de la famille d’un Anglais portant un nom espagnol. Ce roman retrace l’histoire d’une famille expulsée d’Espagne en 1492, puis du Portugal en 1496, et poursuivant son errance dans l’empire ottoman, jusqu’au protectorat britannique sur l’Égypte. Un quatrième petit livre met en regard des péricopes bibliques et des nouvelles montrant l’actualisation possible des situations.