Une Bouteille à la mère

6.99 16.90 

En avril 2018, en dépit d’une vie familiale et sociale réussies, un burn out conduit l’auteure à faire le choix d’une période de rétablissement dans une clinique psychiatrique à Marseille. Accompagnée par son médecin et l’équipe soignante, elle « pose » alors toute sa vie, jour après jour, à l’écrit comme à l’oral et exhume un passé douloureux. D’une enfance violée au suicide d’un père qu’elle chérit, sa vie est vouée à une quête d’amour maternel qui ne viendra jamais. Un immense sentiment de culpabilité la conduira alors souvent, dans une recherche insatiable d’amour, à s’investir jusqu’à l’épuisement.
À la mort de sa mère, perverse narcissique, elle ressent le besoin incompressible de dire, écrire, hurler tous ces maux familiaux pour s’autoriser enfin à vivre et à prendre sa place pleine et entière.
Portée par la spiritualité et la médiumnité, elle nous dira aussi que, depuis son enfance, la foi et l’écriture ont toujours été pour elle des moyens d’expression essentiels. Elle sait depuis toujours qu’elle ne doit pas rester « les cris vains » et devenir écrivain.
Un témoignage poignant, sans filtre, rempli d’amour et de tendresse, qui vous aidera vous aussi, cher lecteur, c’est certain, à jeter votre bouteille à la mer.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Toute ma vie j’ai fonctionné comme cela, aujourd’hui je vis un retour en arrière et je me vois du haut de mes sept ans, première de classe, souriante, chantant dans la cour de l’école. Les adultes me font confiance, je passe tellement inaperçue. Alors, qui irait s’imaginer que la nuit, je monte des scénarios pour sortir de cette prison du vendredi matin, que ma mère est noyée dans sa propre souffrance et ne me voit pas, ne m’entend pas.
Vers l’âge de dix ans, je lui ai écrit un poème. Celui-là commence par : « Toi, la mère si compréhensive ». Moi je sais bien que je n’en pense pas un mot mais peut-être qu’en le lisant, elle le deviendra. Il se termine par : « Ne m’abandonne pas maman ou je finirai par en crever ». Elle m’a quand même abandonnée, pas physiquement bien sûr mais ça fait quand même mal.

********

Dans la semaine, j’ai entendu plusieurs témoignages sur le viol mais, en séance, je suis centrée et cadrée. La largeur du bureau m’aide également à ne pas faire l’éponge.
Ce vendredi soir, je ne suis pas thérapeute, je ne m’attends pas à un tel témoignage.
Le renvoi à ma propre histoire a été brutal, me faisant réaliser que moi, j’étais bien incapable de parler à mes filles, à mon fils, de mon histoire. Je n’y arrive pas, comme si j’étais coupable, comme si cela allait me salir, me rabaisser, changer leur regard sur moi.
J’ai un gros travail à faire là-dessus, c’est pour cela que j’écris et que je suis ici, dans une clinique psychiatrique.

*********

J’aurais voulu te dire que je t’aime, maman.
Une maman, ça protège,
Une maman, ça nettoie,
Oui mais voilà, parfois,
Une maman c’est plus petit que soi

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une Bouteille à la mère”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marie-Line Pessey

Née en 1967, Marie-Line Pessey vit dans les Hautes-Alpes depuis 23 ans. A 40 ans, elle choisit le métier d’aide-soignante car elle sait depuis toujours qu’elle est née pour s’occuper des autres. Elle souhaite poursuivre des études universitaires en soins palliatifs mais la vie en décide autrement : un accident de voiture l’oblige à quitter son poste. En dépit d’une vie familiale et sociale heureuse par ailleurs, commence alors pour elle un long combat pour être reconnue dans sa souffrance physique et morale. Accompagnée par sa famille, ses amis et ses soignants, elle mesure à quel point il est indispensable de prendre en charge les patients dans leur globalité et souhaite ici en témoigner. Aujourd’hui, son vécu lui permet de porter un autre regard sur la maladie et ses conséquences psychologiques et d’apporter une aide efficace. Devenue Maître Enseignante en soins Reiki, elle a ouvert son cabinet en 2012. Au secours des autres depuis sa plus tendre enfance, elle peut désormais très souvent dire à sa clientèle : « Vous êtes au bon endroit. »