Un chemin au milieu des orties

9.99 22.90 

Paul a grandi au milieu des cités minières du Nord de la France, après la Seconde Guerre mondiale. Sa prime enfance a été profondément et durablement marquée par les “événements d’Algérie”, avec leurs cortèges de violence, de haine et d’injustice. Très vite il a été confronté à la maladie, à la souffrance et à la mort, parmi ses proches. À la suite de ces malheurs, il a acquis au fil des années et de ses rencontres, une propension à l’observation, à la tolérance, à l’amour et à la paix, qui l’a conduit tout naturellement, après mai 68, à se consacrer entièrement aux autres, en embrassant une carrière de médecin. Sa rencontre avec Baruch Spinoza a été déterminante quant au sens à donner à sa vie et l’a amené à se forger une idée sur la manière d’engendrer du bonheur. Ce chemin, qu’il s’est frayé au milieu des “orties”, l’a conduit à une plus grande connaissance du genre humain et jusqu’aux portes d’une immense espérance pour l’Humanité.

 

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

… Dans la chambre aménagée au rez-de-chaussée, une femme d’un certain âge, vêtue d’un grand tablier blanc, était affairée à préparer tout un attirail de pinces, ciseaux, compresses et antiseptiques, tandis qu’une autre, beaucoup plus jeune, était allongée sur un lit. Son gros ventre bien rond et ses petits cris étouffés qui revenaient à intervalles de plus en plus courts et réguliers, laissaient supposer la survenue très proche d’un heureux événement. Dans la pièce voisine un jeune homme faisait les cent pas, tandis qu’une petite fille impatiente ne cessait de questionner sa grand-mère au sujet de ce qui se passait dans la chambre de sa maman. Soudain un cri strident, puis saccadé et répété, retentit, figeant la fillette sur place, précipitant le jeune homme inquiet mais heureux, au chevet de sa femme.

— C’est un garçon ! s’exclama-t-il, rempli d’une joie immense. Mais comme il est laid …

 

… Le ciel jusque-là si serein, se chargeait rapidement de gros nuages noirs, comme pour illustrer la méditation d’un vieil homme révolté, voûté par des années de souffrances partagées. Il se tenait debout, du mieux qu’il pouvait, appuyé sur sa canne, face à une croix blanche alignée parmi des milliers d’autres, sur une pelouse bien rase taillée au cordeau. Tous étaient des soldats, logés à la même enseigne, sans aucune différence, égaux dans la mort. Sur la croix un nom, le sien ; trois prénoms, Auguste-Arsène-Félicien ; et une épitaphe, “Mort pour la France le 10/XI/1915”. Attristé par les pensées récurrentes du vieillard, le ciel se mit à verser quelques larmes tandis qu’un vent furieux faisait voler sa casquette et que le tonnerre grondait au loin. Perdu dans ses pensées, il n’entendait pas la femme qui le hélait, l’incitant à rentrer au plus vite. Pressant le pas, redoutant la pluie torrentielle de l’orage qui menaçait, elle se porta vivement à sa hauteur…

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un chemin au milieu des orties”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marc Nieuwjaer

Né dans une petite ville du Pas-de Calais, en plein cœur du pays minier, il revendique ses racines Ch’ti. Après des études supérieures à la faculté de médecine de Lille, il a exercé la médecine générale et l’homéopathie dans le Cambrésis, en milieu rural, durant 40 ans. Désormais à la retraite, il exerce encore en tant que médecin coordonnateur d’EHPAD. Marié, il a 3 enfants et 9 petits-enfants. Il aime Tintin, The Who et Baruch Spinoza qui lui a apporté les réponses à nombre de questions dans sa quête spirituelle. Passionné de poésie, il est sociétaire et correspondant local pour le Cambrèsis de la Société des Poètes Français (SPF), sociétaire de la Société des Auteurs et Poètes de la Francophonie (SAPF) et a participé à l’Anthologie de poésie 2019 de la SPF et aux Florilèges de poésie 2018 et 2019 de la SAPF. Pour ce roman, il s’est inspiré, entre autres, des œuvres de Jean d’Ormesson, Paulo Coelho, Yasmina Khadra et Frédéric Lenoir.