TUEURS EN SERIE – 3 – Gary Ridgway, Robert Yates Jr & Jeffrey Dahmer

8.99 18.90 

Les tueurs en série ont toujours donné bien des excuses à leur comportement, certains critiquent leur éducation, d’autres disent qu’ils sont nés avec une partie d’eux manquante. D’autres encore affirment que la pornographie les a poussés à violer et à tuer, quand ils n’accusent pas les voix dans leur tête qui leur intiment l’ordre qu’il est temps de « chanter la chanson de la mort ». Certains ont même affirmé que c’est la prison qui a fait d’eux des monstres ou que c‘est encore un accident de moto qui les a rendus hypersexuels et les a transformés. D’autres inversent les rôles et se vantent du fait que leurs victimes méritaient de mourir…
Comment une personne normale pourrait-elle massacrer une autre personne, simplement par plaisir ? Le fait le plus terrifiant sans doute, vis-à-vis de ces tueurs en série, est que, dans leur immense majorité, ils sont rationnels, sains d’esprit et calculateurs.
À travers ce livre, je vous propose de découvrir le portrait de certains d’entre eux…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

* Le jeune Gary Ridgway était de plus en plus excité par la violence. Un garçon se noya dans le lac Angle, alors que Ridgway y nageait aussi, et il fantasma beaucoup sur sa mort. Il fut fasciné par le meurtre d’une femme étranglée dans son quartier alors qu’elle se promenait, et passa des heures à imaginer ce qui avait pu lui arriver, retournant dans son esprit toutes les hypothèses, tous les suspects, tous les scénarios. Il avait peu d’amis et sortait rarement avec des filles, même s’il fantasmait très souvent, rêvassant d’innombrables conquêtes. Il se prit également de passion pour la pêche et les randonnées dans la forêt.

 

* Au début des années 1980, l’autoroute 99, Pacific Highway était toujours bondée. Le morceau d’autoroute qui longeait l’aéroport international, surnommé le « Strip », était bordé de commerces divers, de fastfoods, de motels, de magasins, de supermarchés et même d’une petite église. Lorsque les « filles » et leurs souteneurs avaient investi le « Strip » dans les années 1970, la drogue avait inévitablement fait son apparition dans cette zone. L’endroit n’était toutefois pas un coupe-gorge. Un restaurant chinois avait été braqué et il y avait parfois des meurtres tout au long de la Pacific Highway, mais les familles continuaient de pique-niquer et de nager dans le parc Angle Lake.

 

* En octobre 1989, un ouvrier qui coupait des buissons découvrit un crâne et quelques os au sud de l’aéroport Sea-Tac, non loin de l’endroit où l’on avait découvert les corps de Mary Bridgett Meehan, Connie Naon et Kelly Ware. Le crâne était celui d’Andrea Childers, 19 ans, une excellente danseuse, disparue en avril 1983. La Force spéciale semblait incapable de trouver le tueur. En 1990, l’équipe fut à nouveau réduite et ses crédits diminués. Moins de vingt personnes travaillaient à présent dans la Force spéciale et les politiques parlaient de la faire disparaître, quinze millions de dollars avaient été dépensés en vain. Dave Reichert lui-même, l’un des enquêteurs, qui faisait partie de la Force depuis les premiers jours, fut promu au rang de sergent et quitta l’équipe.

 

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “TUEURS EN SERIE – 3 – Gary Ridgway, Robert Yates Jr & Jeffrey Dahmer”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Pascal Dague

Pour des raisons de sécurité, je ne peux me présenter comme j’aimerais le faire… J’ai servi mon Pays en y mettant toute mon énergie, toutes mes forces. Entre enthousiasme et écœurement. J’ai aussi protégé certaines personnalités venues de mondes très différents. Je l’ai fait au péril de ma vie. J’ai enfin, sous la direction de services secrets étrangers, accompagné, quelques fois, de hauts dignitaires jusqu’à leur dernière demeure… Mais quelles que furent mes missions, j’ai toujours eu une passion pour l’écriture. Quelque part, l’écrivain est un flic, un flic sentimental qui traque l’information jusqu’à satisfaire sa curiosité. Rien n’est simple, rien n’est écrit d’avance, la liberté se sculpte avec le temps. Faut-il encore le prendre pour lui donner toute son importance. Le repos d’une vie est à ce prix…