Tu seras heureux mon fils

7.99 17.90 

« Nous vivons auprès d’un volcan. Comment se comporter dans une civilisation qui menace de s’effondrer ? », écrit Michel ONFRAY. En recherchant obstinément le bonheur. Recherche du bonheur :

– Écoute-le : il est déjà à son crépuscule… 70 ans… Mais dans son parterre de fleurs, il sent encore des bourgeons prêts à éclore.

– Écoute-le : une vie hédoniste, militante, libertaire… 68… Le PCF… Plus à gauche encore… Les migrants.

– Écoute-le : une vie de service… Médecin de famille pendant quarante ans dans les quartiers nord de MARSEILLE.

– Écoute-le : une vocation monoparentale à ciseler deux diamants qui sont, aujourd’hui, tout son étonnement.

STULTIFERIA NAVI… La nef des fous, Monsieur Michel FOUCAULT, mais toujours tout près de la barre.

Il partira, bien sûr, comme le veut ce qu’Il nous veut, mais dans un grand rire gargantuesque : « Et bien moi, j’ai vécu, faites-en autant ».

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Tu seras heureux mon fils”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Michel Regaire

« Nous vivons auprès d'un volcan. Comment se comporter dans une civilisation qui menace de s'effondrer ? » écrit Michel ONFRAY. En recherchant obstinément le bonheur. Recherche du bonheur : – Écoute-le : Il est déjà à son crépuscule… 70 ans… mais dans son parterre de fleurs, il sent encore des bourgeons prêts à éclore. – Écoute-le : Une vie hédoniste, militante, libertaire… 68… le PCF… plus à gauche encore… les migrants. – Écoute-le : Une vie de service… Médecin de famille pendant quarante ans dans les quartiers nord de MARSEILLE – Écoute-le : Une vocation mono-parentale à ciseler deux diamants qui sont aujourd'hui tout son étonnement. STULTIFERIA NAVI… La nef des fous, Monsieur Michel FOUCAULT, mais toujours tout près de la barre. Il partira, bien sûr, comme le veut ce qu'il nous veut mais dans un grand rire gargantuesque : « Eh bien moi, j'ai vécu, faites-en autant ».