Le trouble de la main étrangère

7.99 17.90 

A St Quentin a lieu un homicide étrange. L’enquête est menée par le commissaire Johnny Bigoude et l’inspecteur Lucien Petipas.

Philippe, en est le découvreur. Ce n’est rien à côté de ce qui l’attend. En ce mois de mai68, le pays s’attend au pire, la mort d’un manifestant ou d’un policier. En ville c’est celle de son patron qui défraie la chronique. L’enquête se déroule dans les souterrains, mais surtout dans le domaine psychiatrique.

Le procès sera l’occasion pour le lecteur de faire son propre verdict, l’accusé est-il vraiment coupable ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Le syndrome de la main étrangère est mal connu, on l’appelle aussi le trouble de la main anarchique, ou plus poétique le syndrome de la main capricieuse. Cette main gauche semble commandée par la femme inconnue ,c’est comme cela que Thérèse la nomme , l’auteur s’amuse à vous emmener dans les dédales des rangées d’un magasin de chaussures où il a fait son apprentissage dans sa ville st Quentin qu’il a quitté depuis 45 ans. Mais l’architecture art déco et tous les lieux majeurs sont toujours bien présents en mémoire .

Informations complémentaires

Version

,

ISBN Ebook

ISBN Livre

Format Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le trouble de la main étrangère”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jean-Philippe Hardy

Un accident de la vie est venu contrarier tous les projets qu’il avait imaginés pour sa retraite. Un AVC en 2012 le priva d’une partie de sa mobilité. Fini les grands chantiers, les tours de force. Pour continuer à créer et transmettre, il n’y avait qu’une solution. Une solution qu’il n’avait jusqu’à présent jamais envisagée, mais l’écriture est arrivée comme une évidence, alors qu’elle lui semblait inaccessible ! Mais les autodidactes n’ont peur de rien, il n’avait plus qu’à se lancer. La création, il la connaissait depuis plus de trente ans, elle fut son quotidien. Alors, en fouillant dans le grenier de sa mémoire, ses souvenirs, ses passions, il y avait de la matière. Elle devint le sujet de ses livres. Le pays des maîtres de forges en est un exemple. Implanter une saga celtique dans sa région d’origine et parler de son métier à travers ses personnages était une évidence !