Tous les printemps ne se ressemblent pas – Tome 1

9.99 19.90 

Un jour je ne l’ai plus revu… ce qui m’a donné l’envie d’écrire son histoire.

Né au printemps 1979, David meurt dans des conditions tragiques en avril 2014. D’où le titre « Tous les printemps ne se ressemblent pas ».

Partant d’un fait divers tragique, l’auteur conte la vie de David, depuis son Limousin natal jusqu’à Paris, où il devra trouver sa place, sentimentalement et professionnellement..

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

« Le premier printemps »

Loin de ce fait divers est né un 4 avril 1979 David Granit à Bujaleuf. Cette commune rurale du Limousin est à une trentaine de kilomètres à l’est de Limoges. Il y vécut toute son enfance et son adolescence. La commune est connue dans le département pour son lac saint Hélène qui attire dès les beaux jours les adeptes de la baignade en milieu naturel, également ses parties ombragées et surtout les amoureux de la pêche. La municipalité y a installé des tables de pique-nique, pour que les familles venant le dimanche ou pendant les vacances scolaires puissent trouver des conditions idéales pour s’offrir d’agréables moments de détente au bord de ce lac, ainsi qu’une aire de jeux pour les enfants.

Après leur mariage, ses parents habitèrent chez ses grands-parents paternels avant qu’ils fassent l’acquisition d’un vieux corps de ferme à rénover. David aurait aimé rester plus longtemps chez ses grands-parents, mais la promiscuité devenait difficile à vivre pour le jeune couple. Pendant les vacances et les mercredis, il montait au grenier, son lieu préféré, où il restait pendant des heures. Pour y accéder, il empruntait l’escalier qui se trouvait au fond d’un couloir.

Ce grenier mansardé était rempli de mille et une choses en plus des toiles d’araignées qui par leur ancienneté se joignaient les unes aux autres. Posées là depuis des décennies, adossées le long du mur de gauche où se trouve la porte d’entrée, deux vieilles malles contenant des vêtements anciens ainsi que plusieurs chapeaux de femme, d’une autre époque. Il les avait fouillées mille fois, espérant à chaque fois y trouver un trésor.

Dans un coin, des vieux cartons entassés les uns sur les autres se trouvaient sur le mur d’en face. Ils étaient attachés avec de la ficelle. Ils renfermaient certainement des mystères. Un jour il décida de les ouvrir. Dans l’un d’eux il trouva entassés des cahiers d’école. Sur la première de couverture était collée une étiquette blanche de forme octogonale aux bords bleus, sur la première ligne, on pouvait lire « École communale de Peyrat-le-Château » écrit à la main d’une parfaite calligraphie ; sur la seconde, la classe : « Cours moyen 1re année » ; sur la troisième, le nom et le prénom de l’élève : « Marie Léone Giron ». Sur la quatrième de couverture, les tables d’addition, de multiplication, de soustraction et de division de 1 à 9.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Tous les printemps ne se ressemblent pas – Tome 1”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Paul Pennetault

C’est à Poitiers qu’il vit le jour il y a 72 ans, 2ème d’une famille de neuf enfants. Sa mère, après avoir travaillé de nombreuses années dans une imprimerie comme relieuse, passionnée de beaux livres et de beaux textes, donna à ses enfants le goût de la lecture. Après un apprentissage de coiffeur pour homme et l’appel sous les drapeaux, il rencontra sa femme et eut deux enfants, puis, de petits boulots en chômage, il décida que sa vie serait différente de la vie pécuniairement difficile qu’il avait connue dans son enfance. Il prépara une licence à la faculté de droit de Poitiers. Élu aux municipales en 1989, il accomplit trois mandats, dont deux en qualité d’adjoint. C’est durant cette période qu’il fit, de par son engagement, la rencontre d’hommes et de femmes en grande difficulté. C’est lors d’une de ces nombreuses rencontres dans les rues de Poitiers qu’il fit la connaissance d’un SDF. Cette relation qui dura plusieurs semaines lui donna l’envie d’écrire ce roman. Retraité après trente années passées comme collaborateur d’une mutuelle niortaise, il consacre aujourd’hui son temps entre sa famille, ses amis, la découverte de la France, la lecture et surtout l’écriture.