The Parisian White Swans of Persia

7.99 

The Novel acts as dramatic extended arcs with two main parts. The second part covers four crises: exciting, tragic forces and final inquiry of the flaws as human subjects and cultural deficiencies in addition to imagery products of West and Middle East of 1920-1930s. It pinpoints the modernity offered by strong heads: Kamal Pasha Ataturk in Turkey and Reza khan Pahlavi in Ariyana of Persia. Readers are confronted with a chain of dramas that two daughters (Shahezanoon and Badri) and a son (Masood), one of the Thousands families of Persia grown up in Europe return to their homeland . Illogical destruction follows the vulnerability of the protagonists who give way to the interested criminal bodies. The plot is structured in a U- shape, Shahezanoon’s epiphany ended with a dramatic fall in her life, her parents, her family suffering at a life turning point in an international vision of human justice.

Effacer
UGS : ND Catégorie : Brand:

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “The Parisian White Swans of Persia”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Coquelicot

Azar A. Rahimi née en 1950 dans l'Azerbaidjan d’Iran. Elle est mère de deux filles mariées et grand-mère de trois fillettes. Enfant, elle a baigné dans le multiculturalisme : son père était originaire de Mashhad et sa mère de Téhéran. À l’âge de quatre ans, sa famille a déménagé d’Azerbaidjan pour Shemiran à Téhéran où les enfants ont apprécié les programmes éducatifs et avaient une vie sociale active. À l’âge de seize ans, Azar s’est mariée à un Kurde de trente ans venant d’une université de médecine en Allemagne, d’un milieu intellectuel et socialement élevé. Suite à son divorce, elle a dû gérer la vie de sa petite famille lors de différentes situations difficiles à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran.
Elle a fait des études universitaires et a travaillé tant en Iran qu’à l’étranger ; obtenu un DEUG à Mashhad, a enseigné et a été active dans les services éducatifs. Puis une licence à Chicago, une maîtrise de l’éducation à Nancy et un DESS en droit et économie en France. Elle a œuvré comme professeur, chercheur et directrice dans divers lycées en France. À New York en tant que professeur d’anglais dans les lycées publics, a participé aux programmes du Carnegie Hall et du Modèle des Nations Unis. Après sa retraite en 2015, Azar est retournée en France ; vivant entre l’Iran et les États-Unis. Elle avait un projet éducatif pour New York, Strasbourg et Mashhad, villes dans lesquelles elle a eu des expériences personnelles et professionnelles, qui a été rejeté maintes fois.
Ensuite, elle a poursuivi sa passion pour l’écriture de romans avec Les Cygnes Blancs Parisiens de Perse et L’Amour d’une Mère et L’Injustice.