Substitutes, Bastards – Partie 1

8.99 18.90 

Des femmes enfermées et torturées dans un camp radioactif. Des femmes raflées puis présentées à un gouverneur en tant que remplaçantes numérotées pour la comparer au numéro un, la seule et l’unique, Marla, la femme disparue du gouverneur. Des femmes pendues avec des pancartes placardées sur les bustes : « OBJET », et exposées à la vue de jeunes garçons à qui on sectionne la langue pour avoir proféré des paroles « traîtresses à leur genre ».
Une réunion à l’ONU, six mois après la création de cette terrifiante société, et l’organisation d’une mission ; l’envoi d’un représentant pour trouver un moyen de les arrêter sans risquer un conflit atomique.
Oui, la République française est tombée et a été remplacée par un territoire phallocentrique. Mais est-ce irréversible ?

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

SCÈNE 7
LE REPAS

[…]

DEUX GARDIENS entrent et viennent déposer un imposant récipient contenant le pauvre repas. Un TROISIÈME GARDIEN vient déposer un broc d’eau. UN broc d’eau. Pour toutes les femmes.

Elles sortent du récipient des aliments périmés – principalement des fruits et légumes, sûrement irradiés. Leurs mains tremblent – elles parviennent à peine à diriger les aliments jusqu’à leur bouche. On ne leur donne pas de couverts – pas d’assiette.  LILOU veut boire – dans le broc – il n’y a aucun verre. Mais en observant le broc, elle y découvre une eau verdâtre. Elle le repose alors. Presque tour à tour, elles toussent. Certaines femmes ont massivement perdu des cheveux : d’importantes zones imberbes apparaissent sur les crânes, des pustules apparaissent même sur cette zone, dues à leur exposition quotidienne et continue aux radiations. En plus d’être couverte de fentes ensanglantées dues aux coups, leur peau semble métastaser.  Soudain – une PRISONNIÈRE recrache le semblant de pomme qu’elle était en train de manger. Son crachat visible est tinté de sang. Un sang épais, tâché çà et là. Elle regarde ses semblables, et continue à manger les restes de son semblant de pomme.

SCÈNE 8
LA REMPLAÇANTE

[…]

ARCHIBALD se relève. Il l’a enfin retrouvée. Il lui tend la main.

ARCHIBALD

Viens.

Elle est déconcertée. Quoi ? Je…elle regarde autour d’elle. Qu’est-ce que je ?

Elle attrape sa main et se lève.

ARCHIBALD

Prête, Madame Wallace ?

LA SOUS-FEMME N° 984 avale sa salive. Elle ne comprend pas.

Elle tremble. Elle regarde autour d’elle. Qu’est-ce qu’il veut ? Ils se font face. Un temps. Et you can never tell de Chuck Berry est jouée.

ARCHIBALD commence alors à danser, reproduisant la chorégraphie de la scène du film Pulp Fiction. Lui, Vincent Vega. Elle, Mia Wallace.

Mais elle n’est pas Mia Wallace. Elle n’est pas Marla.

ARCHIBALD s’en aperçoit lorsque LA SOUS-FEMME N° 984 reste immobile. Elle craque alors.

 

LA SOUS-FEMME N° 984

Gouverneur, je …

 

L’expression faciale d’ARCHIBALD change alors radicalement. Son regard redevient noir. Empli de haine, de souffrance. Ce n’est pas elle. Il frappe brusquement LA SOUS-FEMME N° 984. Elle tombe par terre.

 

ARCHIBALD

Objet ! Objet ! Objet ! Tu es tellement différente des autres ! J’ai cru que tu étais elle ! Mais tu n’es qu’un objet ! Objet ! Objet ! Il n’y a qu’elle qui était différente ! Objet ! Objet ! Objet !

 

À chaque mot hurlé, un coup tombe.

 

Informations complémentaires

Version

,

ISBN Livre

Nbre de pages

252 pages

Date de Parution

25/08/22

ISBN Ebook

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Substitutes, Bastards – Partie 1”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur(e) : Robin Ephraïm-Winslow

Après des études littéraires au cours desquelles Robin Ephraim-Winslow découvre la dramaturgie, et la publication d’une première pièce, il fait ici sa deuxième intrusion dans le théâtre dystopique.