Si le portail n’avait pas été ouvert…My Club Med saga

7.99 17.90 

Trente-six moments de la vie d’un Chef de village au Club Med. Ils nous emmènent de la CORREZE aux BAHAMAS, de l’ITALIE à la TURQUIE, du MEXIQUE à plein d’autres contrées de la planète. Ces trente-six chroniques relatent des anecdotes touchantes, comiques et inattendues, de 1973 à 1987. Dans des lieux idylliques, on rencontre des personnalités de tous horizons, artistiques, politiques, connus et anonymes. Toutes ces situations ont été vécues, soit par des clients (GM), soit par des employés (GO). Elles furent parfois cocasses, quelquefois tragi-comiques, mais toujours authentiques. On assiste à l’ascension irrésistible de l’auteur, entré dans un village du Club Med, grâce à un portail laissé ouvert par hasard.

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

(…) Celle qu’il me narre ce soir-là est assez bidonnante et concerne l’illustre Général de GAULLE.

Cela se passe lors d’une cérémonie de remise de décorations (dont j’ai oublié le nom). Les récipiendaires sont des personnalités des arts, des lettres et du spectacle.

Disposés sur une ligne, le Général passe de l’un à l’autre, accompagné d’un jeune aide de camp et de Marcel, qui lui rappelle, le cas échéant, à qui le Général s’adresse.

Arrive le tour de Jacques TATI. De GAULLE marque une pause devant lui, et manifestement, il ne le connaît pas ou ne le reconnaît pas.

Il se tourne vers l’aide de camp, le sourcil interrogateur, et celui-ci, volant au secours du général, lui glisse à l’oreille : « MON ONCLE ».

Pour les plus jeunes, célèbre film de Jacques TATI.

Et là, de GAULLE, impavide, se tourne vers le cinéaste et lui déclare très sérieusement : (…) (la suite dans le livre, chronique 24)                      

 

 

UN COMMERCE LUCRATIF

 

(…)   La plage d’AL HOCEIMA était dotée d’un ponton sur lequel se retrouvait une foultitude de “culs nus ” cuisant au soleil.

En face de ce ponton, en pleine mer, à plus ou moins un kilomètre se trouvait le Peñon, possession espagnole, une sorte de fort, construit sur un rocher et occupé par des soldats ibériques.

Inutile de préciser que le représentant en longues-vues et autres lorgnettes avait fait de bonnes affaires là-bas. D’ailleurs, si les Marocains voulaient un jour récupérer ce bout de terre, il leur suffirait de débarquer côté grand large, et le tour était joué.

Ce que nous ignorions alors, c’est qu’un autre représentant avait fait ”fortune ’’, chez nos hidalgos du Peñon. (…) (la suite dans le livre, chronique 6)

 

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Si le portail n’avait pas été ouvert…My Club Med saga”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos des auteurs :
Michel Proriol

L’auteur a traversé dix ans de sa vie à fréquenter les différents hôpitaux parisiens. De Cochin à Lariboisière, en passant par Pompidou, il a achevé son périple hospitalier à la Pitié Salpêtrière. C’est dans le service des maladies rares que des médecins chercheurs se sont penchés sur son cas. Une matière indéfinie habitait ses méninges, occasionnant des douleurs insoutenables. Des doses massives de morphine l’ont plongé dans un état hallucinatoire, durant lequel il a imaginé son récit. Après trois chimiothérapies, il se porte comme un charme et vous remercie de le lire.