Sauvons l’humanité !

6.99 12.90 

Comme on clame qu’il faut « sauver le climat » et lutter contre « le réchauffement climatique », l’auteur, en tant que géologue connaisseur de l’histoire de notre planète Terre, souhaite rectifier certains messages trompeurs diffusés par les médias.

Le climat dépend avant tout de paramètres astronomiques (activité du Soleil, mouvements de la Terre, chutes de météorites géantes…) et géologiques (activité du magma, volcanisme, dérive des continents, etc.) sur lesquels l’humanité n’a aucun pouvoir. C’est contre toutes les pollutions, en particulier mentales, qu’il nous faut lutter pour « sauver l’humanité ». Ceci nécessite un changement des comportements individuels mais également une transformation du système économique actuel qui inverse les problèmes en faisant de l’argent la « marchandise par excellence », sans laquelle rien n’est possible. Au contraire, nous pourrions aujourd’hui instaurer un système économique en tenant compte des concepts scientifiques, pour « sauver l’humanité » en mettant, comme le demandait Maurice Allais, prix Nobel d’économie en 1988, « l’économie au service de l’homme et non l’homme au service de l’économie ».

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Ce n’est pas le climat, qu’il faut sauver, c’est l’humanité.

***********

L’étude de l’écologie, à l’échelle des temps géologiques, fait apparaître de multiples changements du climat et du milieu physique dans lequel ont vécu et vivent tous les organismes vivants sur la Terre, depuis sa création il y a plus de 4,5 milliards d’années. Ces changements climatiques ont été et sont toujours avant tout fondamentalement imputables à des phénomènes astronomiques et géologiques, et seulement très secondairement aux règnes animal et végétal.

***********

En effet, pour « sauver l’humanité », il faut impérativement changer de système économique en mettant, comme le demandait Maurice Allais, prix Nobel d’économie en 1988, « l’économie au service de l’homme et non l’homme au service de l’économie ».

***********

Ce dont l’humanité souffre, c’est avant tout du comportement irresponsable de ses dirigeants, tant politiques qu’industriels et financiers, mais aussi des comportements individuels, entraînant différents types de pollution. C’est en effet contre les pollutions de toute nature, en particulier contre la pollution touchant notre esprit, qu’il faut lutter de toutes nos forces !

***********

La vapeur d’eau, composant les nuages, serait le principal agent de l’effet de serre (55 à 60 %) alors que le CO2 contribuerait pour 26 % à 39 %, suivant les sources, à cet effet.

En fait, ce sont toutes les microparticules que l’air contient qui jouent sur l’effet de serre, le dioxyde de carbone en tant que tel n’intervenant que pour 1,7 %. De plus, comme expliqué précédemment, ces microparticules ont différentes origines et ont un effet beaucoup plus important que le CO2 sur le rayonnement reçu et réfléchi, et sur notre santé […].

Comme chaque membre de l’humanité contribue à l’activité économique du fait de son travail — même si ce n’est que durant une partie de sa vie — et de sa consommation durant toute son existence, favorisant ainsi la production et la création de richesses, n’est-il pas un actionnaire — apparemment inconscient ! — de cette « hyper entreprise » que constitue l’activité économique de la nation et plus généralement du monde ? Un État responsable ne devrait-il pas assurer le partage et la distribution des biens et richesses produits en fonction des besoins de chacun comme les parents responsables le font pour leurs enfants ?

************

La nécessité de maintenir un juste équilibre entre la production et la consommation en appliquant le juste prix, en distribuant à chacun, et non aux seuls actionnaires détenteurs du « capital », un dividende humanitaire (terme proposé par Albert Jacquard de préférence à social, suite à une communication personnelle avec lui sur ce sujet) comme le propose le système économique connu sous le terme de crédit social. Tout individu, de sa naissance à sa mort, contribue à la production, du fait de son travail une partie de sa vie, et du fait de sa consommation durant toute son existence. Il est donc un « actionnaire » de cette activité productrice.

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sauvons l’humanité !”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Oberto Serra

L'auteur est ingénieur géologue-géophysicien de l'ENSPM et docteur ès sciences en géologie (Paris VI). Il a travaillé 20 ans pour ELF et plus de 15 ans pour Schlumberger. Il est l'auteur de 41 articles et de 11 livres tant en français qu'en anglais, dont trois traduits en russe, dans sa spécialité : l'interprétation des paramètres physiques dans les forages. Il a donné plus de 180 cours et conférences dans 45 pays dans ses domaines de recherche. Ses travaux font autorité et lui ont valu deux prix français, décernés par l'UFG et la SGF, et deux prix américains décernés par SPWLA. Par ailleurs, il s'est intéressé très tôt aux idées économiques de Clifford H. Douglas, de son père Walter SERRA, ainsi qu’aux travaux de Louis Even et d'Alain Pilote sur le crédit social, publiant un livre en 2010 sur ce sujet. Nourri par ses connaissances scientifiques, il s’intéresse depuis de longues années à l’écologie et au devenir de notre planète.