RÉSISTANCE – L’évasion

9.99 21.90 

L’Untersturmführer Franz Walter a tout organisé. Il a payé le prix nécessaire afin de s’assurer une logistique d’évasion parfaite. Malgré les tensions qui mettent en péril sa relation avec Estelle et leur vie, rien ne l’arrêtera. Ce jour est enfin arrivé mais avant de fuir avec elle en France, il va devoir faire face et affronter ses vieux démons.
Toute sa violence et sa haine, qu’il tente de désamorcer comme des bombes, sont sur le point d’exploser, menaçant ce fragile équilibre qu’il a réussi à trouver auprès d’Estelle. Olga et Grabner n’ont pas dit leur dernier mot et le sort s’acharne encore une fois contre Franz. Rien ne va se passer comme il le souhaitait… Leur amour va-t-il RÉSISTER à cette épreuve ? Estelle et Franz sont-ils prêts à affronter une nouvelle vie, avec leurs lourds fardeaux ?
C’est le début d’une longue descente aux enfers. S’il doit sacrifier sa vie pour qu’elle soit libre, il n’hésitera pas une seconde. Il sait aussi qu’il devra, lui aussi, rendre des comptes et assumer ces terribles années de barbarie dans ce camp de la mort. Pour cela aussi, il est prêt à tout, quoi qu’il lui en coûte, même s’il lui faut dire adieu à la femme qu’il aime par-dessus tout, sa vie.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

Franz leva son arme et tua le chien d’une balle dans la tête. Il regarda furtivement autour de lui et aida Estelle à se relever quand soudain, la douleur lui déchira la cuisse.

— Ça va aller ? demanda-t-il, le visage crispé par la douleur qui l’irradiait jusqu’à la hanche.

Il s’essuya le visage de la main, laissant une énorme traînée de sang sur sa joue.

— Oui, ça va, mon Dieu, Franz, tu saignes, tu es blessé ! s’alarma-t-elle en voyant les mains de Franz couvertes de sang.

— Ce n’est rien, il m’a mordu à la cuisse, mais ne t’inquiète pas pour moi. Ça va. Il ne faut pas traîner, il y a encore un chien dans les parages et il ne va pas tarder à nous tomber dessus. Si on élimine le berger allemand, on aura plus de chance de les perdre dans la forêt. Tant qu’il y aura ces maudits clébards, on ne s’en sortira pas !

Il arracha d’un geste brusque la manche de sa veste et entoura le tissu autour de sa blessure pour limiter la perte de sang. Il repéra les faisceaux de lumière qui balayaient les fourrés. Le sang commençait déjà à sérieusement imbiber son pantalon, coulant le long de sa jambe malgré le garrot.

— ALLEZ, COURS ! Cours droit devant et ne te retourne pas, je te suis, cria-t-il en la poussant devant lui.

Ils reprirent leur course, la blessure de Franz les obligea à ralentir considérablement leur allure. Mais un autre chien, suivi de son maître, n’était plus très loin d’eux. Ils dévalèrent encore un fossé sur les fesses, Franz se retenait de crier de douleur. Quand il se redressa, il fut projeté violemment en avant, une nouvelle douleur lui déchirant l’épaule. Le berger allemand venait de sauter du haut du fossé directement sur son dos, s’accrochant avec les dents à son épaule gauche. Estelle hurla quand elle le vit tomber à genoux, les grognements du chien résonnaient à son oreille. L’animal secouait la tête avec rage, comme s’il voulait lui arracher un morceau de chair. Il prit son courage à deux mains, réunissant toutes ses forces pour se relever. Il recula aussi vite qu’il le put afin d’écraser le chien contre la paroi rocheuse. Un couinement de douleur l’incita à continuer la pression. Le chien lâcha enfin sa prise et se secoua le corps. Franz en profita pour hurler à nouveau à Estelle :

— Continue, Estelle, cours, je te rejoins, ne t’arrête pas, ne te retourne pas !

Et il abattit le second berger allemand, celui-là même qui avait joué avec lui devant les latrines. C’est alors que le maître-chien surgit d’entre les arbres, prêt à tirer, mais Franz fut plus rapide et tira le premier. Le soldat perdit son fusil, mais il n’était que blessé. Estelle était incapable de détacher ses yeux de Franz qui luttait déjà contre le soldat armé de sa baïonnette. Les deux hommes tombèrent dans la boue, roulant l’un sur l’autre, quand Franz sentit la baïonnette pénétrer la chair. Le soldat poussa un gémissement de douleur et ses mains se détachèrent du manteau de Franz. Il toussa avant de se relever lentement en regardant le poignard dans sa main. Il se tourna enfin vers Estelle qui n’avait pas bougé et laissa l’arme sanguinolente glisser entre ses doigts. Il vacilla un instant avant de se ressaisir.

— Estelle, je t’ai dit de courir ! cria-t-il à nouveau.

— Pas sans toi, répondit-elle en jetant son fichu dans la boue.

— Passe devant, je te suis, gémit-il en la poussant dans le couloir que formaient les parois rocheuses. Il tituba entre les deux parois et continua, luttant pour cacher ses difficultés à avancer, déployant une énergie qu’il ne se connaissait pas, pour semer les soldats qui hurlaient derrière eux. Il était épuisé, perdait beaucoup de sang et chaque muscle de son corps le brûlait. Ils continuèrent, s’enfonçant dans la forêt plus épaisse. La pluie devenue plus dense formait un rideau compact devant eux, l’obligeant à s’essuyer les yeux pour y voir plus clair. Mais sa vue se brouillait de plus en plus souvent. Il préféra ne rien dire pour Estelle. Des coups de feu retentirent à nouveau derrière eux. Les projectiles sifflaient tout autour, et en dépit de la peur de se faire prendre, il accéléra, enflammant ses poumons, le souffle court. Malgré une condition physique parfaite, ses blessures, les conditions climatiques, l’état du terrain l’épuisaient plus vite que d’habitude.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “RÉSISTANCE – L’évasion”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Angélique Melero

Angélique MELERO, née le 1er mai 1976 à Langres, fille et petite-fille de gendarme, a grandi en caserne. Après avoir passé deux ans dans l’armée de Terre comme instructeur maître-chien, à 21 ans, elle devient assistante vétérinaire, dresseur professionnel, comportementaliste animalier. Les aléas de la vie lui font prendre alors une tout autre direction ; elle entre dans la fonction publique à Marseille. Elle consacre alors son temps libre à sa famille, ses amis, le sport, la musique, le cinéma, mais surtout à l’écriture. Son père lui ayant transmis sa passion pour l’histoire très jeune, elle se met alors à écrire pour ses amies des histoires d’amour. Après la disparition de son amour en 2017, Angélique se réfugie dans l’écriture et reprend la correction de l’un de ses premiers romans, qu’elle a écrit il y a plusieurs années. Encouragée par son entourage, elle décide de se lancer dans une nouvelle vie, un nouveau départ, un nouveau défi en nous livrant une magnifique histoire d’amour interdite, celle de Franz et Estelle.

. Aujourd’hui, avec la sortie du tome 2 : Résistance, L’évasion, Angélique nous offre enfin la suite des aventures de Franz et Estelle.