Réhabilitez-moi ! Christian Ranucci

6.99 16.90 

Beaucoup d’éléments que je vais tâcher de mettre en évidence me poussent à croire en cette innocence, que cependant je ne peux ni ne veux poser comme une certitude. Je ne peux le faire, car des ombres subsistent et je ne les cacherai pas. Non, je ne le ferai pas car je tomberais dans le travers que je compte modestement attaquer de front, à savoir un simulacre de procès pour une question qui mérite tout le sérieux possible. Mon principal souhait dans cet ouvrage est d’affirmer avec une forte conviction que Christian Ranucci doit avoir un procès juste et équitable. La Justice doit à Christian Ranucci un tel procès, tout comme elle se le doit à elle-même. En 2020, et à plus forte raison, le principe de la révision d’un procès est au cœur de ce qui fonde la noblesse d’une démarche de Justice. Si la Justice ne reconnaît pas ses erreurs et si elle ne les corrige pas, comment croire en sa valeur sociale et républicaine ? La Justice ne gagne pas à persévérer dans l’erreur, et accepter de remettre en cause certains de ses dysfonctionnements serait pour elle un moyen d’affirmer sa maturité et de renforcer sa légitimité. Ce nouveau procès doit avoir lieu. Il devra ensuite confirmer ou infirmer les conclusions du procès de 1976…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

La loi ne demande pas compte aux juges des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve : elle leur prescrit de s’interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont fait, sur leur raison, les preuves rapportées contre l’accusé et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : « Avez-vous une intime conviction ? ».

(Chapitre 1, )

 

 

Lundi 3 juin 1974, Marie-Dolorès Rambla joue avec son frère Jean, dans la cour de la cité Sainte-Agnès. Ils sont accostés par un homme en voiture qui leur demande de les aider à retrouver son chien noir qu’il vient de perdre. L’homme demande à Jean de faire le tour de l’immeuble et invite Marie-Dolorès à monter avec lui en voiture pour faire le tour du quartier. À son retour, Jean ne retrouve pas sa sœur. Pierre Rambla, le père des deux enfants, se met à la recherche de sa fille, sans succès. La police de Marseille est saisie de l’enquête. Fait rare et inespéré pour les enquêteurs, ils disposent de deux témoins directs de l’enlèvement de Marie-Dolorès : Jean d’une part, et Eugène Spinelli d’autre part, garagiste-carrossier dont le garage se situe à quarante mètres du lieu de l’enlèvement. Jean Rambla décrira le ravisseur comme un homme jeune, grand, aux cheveux noirs et courts, portant un costume gris, parlant avec un accent méridional. L’homme possédait une voiture grise et devant les enquêteurs, l’enfant désignera un modèle Simca 1100.

(Chapitre 2, )

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Réhabilitez-moi ! Christian Ranucci”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Pascal Dague

Pour des raisons de sécurité, je ne peux me présenter comme j’aimerais le faire… J’ai servi mon Pays en y mettant toute mon énergie, toutes mes forces. Entre enthousiasme et écœurement. J’ai aussi protégé certaines personnalités venues de mondes très différents. Je l’ai fait au péril de ma vie. J’ai enfin, sous la direction de services secrets étrangers, accompagné, quelques fois, de hauts dignitaires jusqu’à leur dernière demeure… Mais quelles que furent mes missions, j’ai toujours eu une passion pour l’écriture. Quelque part, l’écrivain est un flic, un flic sentimental qui traque l’information jusqu’à satisfaire sa curiosité. Rien n’est simple, rien n’est écrit d’avance, la liberté se sculpte avec le temps. Faut-il encore le prendre pour lui donner toute son importance. Le repos d’une vie est à ce prix…