Pour une France apaisée – La contribution citoyenne

8.99 18.90 

La France ne va pas bien ; sa société va mal comme l’a souligné avec force le mouvement dit des Gilets jaunes. Les fondements de cette société française sont régulièrement remis en cause et font l’objet d’un travail de sape. Ce constat, fait dans la première partie de l’ouvrage, constitue un état des lieux et l’expression des colères citoyennes qu’inspirent l’attitude et les propos de certains. Le combat mené par la religion contre la République, la médiocrité politicienne, la fragilisation d’institutions essentielles, les nouveaux diktats qui tentent de s’imposer y sont successivement abordés. La seconde partie de l’ouvrage, qui débute par une brève analyse de la France actuelle, de ses atouts, permet de faire le lien avec cette France qui pourrait advenir demain. Un retour sur le mouvement citoyen des Gilets jaunes permet d’aborder cette transition vers une France renouvelée, une France apaisée, à laquelle chacun doit, en citoyen éclairé, contribuer. La confiance en la politique, la permanence de certains droits essentiels, la capacité retrouvée à agir, avec force et courage pour qui se trouve en responsabilité sont le ciment nécessaire à cette nouvelle France. Et s’il faut assurer à certaines revendications une prise en compte rapide, la forme laïque et démocratique de notre pays doit, pour ce qui la concerne, en être la base.

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Le samedi 17 octobre 2020, la France s’est éveillée, une fois encore, une fois de plus, sous le choc d’un acte barbare. La veille, dans une ville des Yvelines dont Michel Rocard fut autrefois l’édile ‒ Conflans-Sainte-Honorine ‒, un professeur d’histoire-géographie a été décapité par un individu, tout juste majeur, d’origine tchétchène. Cet assassinat, perpétré, il ne fait aucun doute, au nom d’une conception de la religion qui mêle intimement le religieux et le politique, n’est pas le premier commis, sur notre territoire national, par ceux que l’on nomme islamistes radicaux.

Jusqu’à présent, passée l’émotion première et quoique, toujours, il se soit trouvé certains individus, certaines communautés, pour justifier l’injustifiable, la mesure exacte, réelle, complète, entière de ce que signifient les attentats, les assassinats, ainsi commis, n’a jamais été prise. Passé le temps de la compassion pour les victimes, passé le temps des discours, des promesses, des engagements, bref, passé le temps de la verbigération, une espèce de voile pudique était rapidement jeté sur les événements. ( page 7)

 

Si « la politique est l’art de rendre possible le nécessaire », comme le pensait le cardinal Richelieu, ou « l’art de concilier le désirable avec le possible », comme le prétendait Aristide Briand, elle semble plus n’être que de très loin, dorénavant et pour la plupart de ceux qui en ont fait profession, le moyen de favoriser l’intérêt général. La manière qu’ont nombre de politiciens de préférer la rhétorique à l’action, l’utopie à la réalité, le mensonge à la vérité, le bien d’un seul au bien de tous, la lâcheté au courage, la compromission au compromis, démontre assez que le nécessaire, le désirable ou le possible d’hier sont éloignés de la conception moderne de l’action publique qu’ont ces gens-là. (chapitre 2, page 45)

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Pour une France apaisée – La contribution citoyenne”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Frédéric Duval

Frédéric DUVAL est né à Lisieux (Calvados) en 1968. Titulaire d’un Master 2 en droit public, fonctionnaire de la Ville de Paris pendant dix ans, il a ensuite intégré le ministère de l’Intérieur et exerce, depuis 2008, à la préfecture de la Manche.

Passionné par le droit et l’histoire (il a d’ailleurs publié un ouvrage consacré à Charles de Gaulle, aux éditions Sydney Laurent : Charles de Gaulle ou l’ambition française ‒ des paroles et des actes), il s’intéresse tout particulièrement à la France, à sa société, à son peuple. Cet intérêt qu’il leur porte l’amène à s’insurger contre ceux (et ce) qui poussent le pays vers la petitesse, la division, la réécriture de l’histoire, contre ceux qui veulent instaurer un climat de haine, contre ceux qui tendent, par tous les moyens, y compris les plus spécieux, à faire de la France un pays de seconde zone, un pays divisé, un pays éclaté. S’interrogeant sur la manière dont les citoyens, soucieux de participer à la démocratie, pourraient contribuer à redonner à la France cette société apaisée à laquelle tous peuvent aspirer et dans laquelle chacun doit pouvoir vivre, il témoigne de la conscience citoyenne qu’il faut à une France rénovée.