Portrait de groupe

6.99 12.90 

Ces douze nouvelles composent une galerie de portraits ou plus exactement d’esquisses. Les personnages y sont en effet saisis à un instant particulier de leur existence propre à révéler, parfois, une part de leur être profond. Il y a par exemple un aspirant écrivain face aux affres de la page blanche, une veuve confrontée à la solitude d’un quotidien sans espoir, un professeur de littérature occupé à observer un vieux portrait de famille, trois personnages vivant diversement l’expérience du confinement à des époques différentes ou bien encore un jeune père croyant soudain avoir perdu son petit garçon lors d’une sortie au parc.

Ces micro-histoires, où somme toute il ne se passe rien, sont néanmoins sous-tendues par un certain nombre de thèmes comme la conscience douloureuse du temps, l’angoisse face à la  perte d’un être cher, vécue ou simplement redoutée, le difficile travail de deuil ou encore la mémoire de ce qui n’est plus.

Description

Mais soudain quelqu’un frappe à sa porte. Il a peur. Tous ses sens sont en alerte, tendus vers cette maudite porte derrière laquelle, il le sait, des hommes viennent le chercher. Il colle son œil contre une fente du large dossier d’un banc qui masque le trou dans lequel il se terre. Quelques jarres d’huile, placées devant le banc, sont censées faire écran. Son champ de vision est étroit : un pied de chaise, à droite ; l’extrémité d’un meuble ; un bout de mur ;  la partie basse de la porte, à gauche. Soudain, un mouvement de jupe anime cet ensemble. C’est Ana, sa femme, qui s’apprête à ouvrir et faire face aux hommes qui sont à sa recherche. (Confinements)

*****

Arrivée à hauteur de la place du Parlement connue pour les statues qui y sont érigées et qu’elle n’a jamais pris la peine de détailler, les voyant toujours sans jamais les regarder, quelque chose retient soudain son attention qui la fait s’arrêter. Sur la tête puissante de Winston Churchill un pigeon vient de se poser, lui tenant comiquement lieu de couvre-chef vivant. Cette image interpelle Carole par son caractère iconoclaste, par une forme d’étrangeté passée inaperçue jusqu’à cet instant et qui, par-delà son aspect quelque peu grotesque, laisse entrevoir un symbole. (Le presbytère)

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Portrait de groupe”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Salvador Bella Abellan

Issu d’une famille d’émigrés espagnols, ses études universitaires lui ont permis de transmettre comme professeur la richesse de la culture hispanique et de renouer ainsi avec ses origines. Salvador Bella Abellán est docteur en littérature cubaine. Il a publié des articles littéraires dans des revues spécialisées et a également traduit des nouvelles d’un auteur espagnol contemporain.