Peste, c’est l’heure ! ou le récit d’Yves East

5.99 12.90 

Alors que la carrière de grand reporter d’Yves EAST bat de l’aile, à la suite d’une incroyable bavure, une avalanche de rencontres successives, toutes plus improbables les unes que les autres, semble à même de relancer celle-ci…

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Peu de double-pas plus loin, je manque de faire une entorse maladroite aux règles les plus élémentaires de la priorité : je n’avais pas remarqué que j’abordais un carrefour, et qu’y arrivait en même temps un jeune homme chevelu, portant un jerrycan identique au mien. Nous pilons face à face…Avant que je me décide à parler, il entreprend :

  • « Vous aussi, vous en avez marre ? »
  • « Plutôt ! Cela fait près d’une heure que je cherche du carburant… »
  • « Ah bon ? Moi, c’est du feu que je n’arrive pas à me procurer ! On pourrait peut-être s’arranger ? »

Informations complémentaires

Nbre de pages

108 pages

Version

,

ISBN Ebook

Date de Parution

03/08/22

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Peste, c’est l’heure ! ou le récit d’Yves East”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur(e) : Edmond Lapierre

Bien qu’issu d’une famille modeste, d’excellentes aptitudes intellectuelles
doublées d’une grande assiduité permirent à Edmond Lapierre de
poursuivre des études supérieures et d’obtenir finalement un diplôme
d’ingénieur en organisation industrielle, profession très recherchée, suite
au redémarrage de l’économie du pays dans les années de l’immédiat
après-guerre.
Parallèlement, ses loisirs l’orientèrent vite vers la musique, et il parvint
à rejoindre plusieurs excellents orchestres en tant que bassiste, grand
admirateur d’un des « Beatles », Paul Mac Cartney, qu’il était alors.
Enfin, ayant toujours eu la passion de l’expression écrite : poèmes, textes
de chansons, ébauches de romans à tendance plus ou moins humoristique,
(inspiré entre autres par Boris Vian, Pierre Dac, Pierre Desproges, Frédéric
Dard…), il vient de retrouver le brouillon de celui-ci, qu’il avait « oublié »
au fond d’un tiroir pendant près de cinquante ans !