Parentalité

7.99 15.90 

Devenir parents, depuis des temps immémoriaux, c’est logique, cohérent…on ne se pose même pas la question ! Il en est ainsi, on ne l’avait pas nécessairement désiré ou recherché au départ.
A présent, les temps ont changé et c’est devenu, le plus souvent, un choix.
Alors que cette parentalité devient, d’une certaine façon, « intentionnelle », le jeune couple hétérosexuel ne détient plus seul le privilège de la revendiquer. Différentes méthodes d’aide à la procréation ainsi que des lois l’ouvrent à un plus grand nombre alors que, parallèlement, les couples que l’on dirait conventionnels sont confrontés à un problème de stérilité.
Observer la parentalité sous les angles les plus divers, qu’il soient philosophiques ou transgénérationnels, la confronter à l’homosexualité, en étudier les différents aspects, offre l’opportunité de mieux s’armer quand on l’interroge sur le plan sociétal, familial, politique ou dans l’intimité de sa vie de couple.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Les glandes endocrines sont de petits organes dans le corps humain qui envoient des « messages substances chimiques », par le sang, à d’autres organes.
Le chef d’orchestre, c’est la glande thyroïde, qui elle-même envoie des messages à d’autres glandes, ces messages chimiques sont appelés hormones, testostérone chez l’homme et œstrogènes pour la femme, pour ne citer que celles qui concernent la reproduction, et donc, le fait d’être en mesure ou pas de concevoir un enfant.
Je vous la fais très simple, là, parce que je ne suis pas médecin.
Mais une chose est certaine et dorénavant parfaitement connue : les perturbateurs endocriniens pervertissant de plus en plus notre glande thyroïde, le pourcentage de la population qui souffre d’un dysfonctionnement ou d’une altération plus ou moins grave de la glande thyroïde est de plus en plus élevé.
Le chef d’orchestre, lui, est dans un état second.

*******************

(…) Elle racontait que, ne pouvant pas avoir d’enfant, son mari avait décidé de divorcer parce qu’il ne l’acceptait pas.
Puis elle a rencontré un autre homme, plus intelligent, en tout cas suffisamment subtil pour l’aimer telle qu’elle était, et pas comme il voulait qu’elle soit, et d’assumer ensemble.
Ils ont réussi à adopter un enfant en bas âge, et je l’ai entendue prononcer cette phrase incroyable, dont je me souviendrai ma vie entière. Alors que l’enfant avait dû se blesser, ou avoir un problème sérieux, et qu’il était venu vers elle, physiquement, « intimement », je dirais, elle relatait : « Ce jour-là, ce que j’ai ressenti était parfaitement assimilable à ce que j’aurais ressenti s’il était un jour sorti de mon ventre… ».
Enfin, je ne suis pas certaine du vocabulaire, mais ce qu’elle voulait dire, c’était qu’elle avait eu le sentiment ce jour-là, que le corps de son enfant était aussi proche et similaire au sien que si elle l’avait un jour mis au monde.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Parentalité”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Françoise Niel Aubin.

Depuis plusieurs années, l’autrice a beaucoup travaillé sur le sujet de la famille en général, et plus particulièrement sur son évolution ces dernières décennies, au point de s’être trouvée avec une compilation d’une cinquantaine d’articles.
Il lui est vite apparu que ces travaux ne pourraient pas être diffusés sous leur forme première chez un éditeur, et qu’ils devaient être actualisés et revisités sous différents thèmes, ce qui lui a donné l’opportunité d’en approfondir certains.
De plus, une petite sœur « particulière par son origine » est arrivée dans sa fratrie composée de trois frères et sœurs. Élevée par leur mère qui n’en était pas la mère biologique, elle fut adoptée dès que la loi le permit, en 1972.
L’autrice a ainsi pu apprécier en quoi une mère pouvait élever un enfant « qui ne sortait pas de son ventre » et à quel point ce fait n’interagissait en rien dans l’éducation et l’amour que ses parents lui ont prodigués.
Elle a été éducatrice stagiaire, femme au foyer, a eu des filles… puis a divorcé, vécu « sans travail », élevé ses filles, dont l’une est homosexuelle.
Ces étapes ont été autant d’occasions d’interroger la parentalité, à travers les différents spectres que sa vie personnelle lui a imposés.