On vit mieux quand on sait

9.99 19.90 

 C’est l’histoire d’une femme diagnostiquée tardivement autiste. Elle raconte son histoire pour montrer comment on peut vivre pendant 30 ans dans un monde qui n’est pas adapté à l’autisme. Comment pendant toutes ces années elle a subi son autisme parce qu’elle n’en avait pas conscience, qu’elle ne comprenait pas pourquoi sa façon de penser n’était pas toujours commune, pourquoi elle se mettait dans des situations difficiles, ou encore pourquoi on lui collait plein d’étiquettes qui ne lui correspondaient pas.
Son histoire lui est propre, mais le contexte est celui de nombreux autistes qui passent à côté d’un diagnostic à cause d’un événement ou autre chose.
C’est l’histoire d’une femme qui a appris qu’elle était autiste à 30 ans, qui s’est formée à l’autisme pour savoir l’expliquer, casser les clichés et que les esprits s’ouvrent à ce sujet.
Pour que chacun comprenne que l’autisme existe et que ce n’est pas toujours ce qu’on imagine.
Pour faire comprendre que l’ignorance à ce sujet est trop grande et que cette dernière rend le handicap encore plus difficile.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

L’autisme est une condition neurologique, devenant handicap essentiellement, car la société n’est pas conçue pour les autistes et leurs fonctionnements.

Mais au moment de la formation du cerveau et de ses facultés, on naît avec un certain nombre de neurones pas forcément les mêmes (ce qui fait la diversité intellectuelle). Ces neurones doivent être à un moment distribués dans différentes parties du cerveau par des sortes de chaînes. Lorsqu’on est autiste, on a une gêne dans ces chaînes qui fait foirer l’aiguillage prévu et donc la distribution des neurones. Ce qui fait qu’un autiste peut avoir des déficits de neurones dans la faculté de logique mathématique, mais ces neurones ont été distribués dans l’ouïe, alors la personne autiste aura des fortes sensibilités auditives, entendra mieux que les autres, mais sera très mauvaise en mathématiques. Ceci explique cela, notamment toutes les sensibilités sensorielles, enfin c’est une des raisons probables.

Ou bien un déficit de neurones dans la faculté relations sociales, redistribués dans la mémoire, la personne autiste aura donc de très fortes difficultés sociales mais une très bonne mémoire. Et bien d’autres exemples.

Il y a donc des distributions différentes pour chaque autiste, mais lui donnant le même tronc commun de difficultés, qui est la fameuse dyade autistique.

 

 

Alors voilà, je vous ai raconté beaucoup de moi, mes difficultés, ma vie, mes crises, mon couple, ce que j’ai appris. J’ai passé ma vie à m’analyser, poussée par le regard des autres ou des réflexions à me remettre en question sans arrêt, sur mes capacités, mes comportements, mes réactions et à travailler sur moi en psychanalyse, face à toutes sortes de techniques, toutes sortes de psychologues, psychiatres, sophrologues, hypnotiseurs et autres.

J’ai passé ma vie à essayer d’être comme tout le monde, pensant que j’étais la seule à être comme je suis, tentant de préserver mes valeurs et mes convictions. J’ai donné l’impression d’être prétentieuse, méchante, mal élevée, folle et d’autres adjectifs tellement loin de ce que je suis.

En fait, j’ai passé ma vie à essayer d’ÊTRE simplement.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “On vit mieux quand on sait”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : LoSo

Laura est une jeune femme mariée, maman, ayant travaillé plusieurs années auprès d’enfants, puis ensuite en tant qu’aide-soignante. Elle est sociable et souriante. Elle a quelques amis avec qui les liens sont très forts. Lorsqu’on lit cette description, difficile d’imaginer qu’elle est autiste. Et pourtant elle a été diagnostiquée autiste à l’âge de 30 ans. Surprise de ce diagnostic, elle a fait beaucoup de recherches, discuté avec beaucoup de ses pairs et s’est même formée à l’autisme pour pouvoir communiquer sur ce sujet. Elle organise des rencontres pour réunir toute personne qui serait intéressée pour comprendre l’autisme. Elle communique à sa petite échelle sur les réseaux, à la radio. Elle aime communiquer et faire comprendre que l'autisme n’est pas ce que l’on imagine. Et puis, elle a écrit ce livre qui lui a permis de tourner la page sur son passé, en comprenant pourquoi son diagnostic avait été si tardif, mais aussi pour un aboutissement de son projet, de faire connaître l’autisme.