Nous, le peuple nous voulons la Paix !

21.90 

En novembre 1948, Garry Davis interrompait la 3e session de l’Assemblée générale des Nations Unies au palais de Chaillot, et devant les ambassadeurs présents, dénonçait le manque de démocratie dans cette organisation en citant : « Au nom des Peuples du monde… » ; texte attribué à Albert Camus, lui-même présent dans les tribunes.

70 ans plus tard…

En novembre 2018, nous avons relevé le défi ! Après bien des embûches, des doutes et des recherches de Grands Témoins, ainsi que de partenaires, un colloque mémorable a pu se tenir sur trois jours, à Paris, afin de commémorer les 70 ans de la naissance des Citoyens du Monde. Le rendez-vous historique était incontournable (tome 1). Il a réuni de nombreuses personnalités, dont Olivier Giscard d’Estaing/Corinne Lepage/Jean-Marie Cambacérès/Patrick Viveret, etc.

Le second tome se déroule au palais de l’UNESCO, sous son patronage, grâce aux délégations partenaires, en particulier celles du Royaume d’Arabie saoudite et du Mali, en présence de nombreux diplomates, dont Leurs Excellences Ibrahim Albalawi et Oumar Keïta, et approfondit le thème essentiel qui motiva la naissance des Citoyens du Monde : « Comment construire la paix et la solidarité mondiale ? », au cœur même des préoccupations des pays membres de l’UNESCO.

Et maintenant ? Rendez-vous en 2028, post-épisode surréaliste des pandémies ?

Effacer

Description

Essai sociohistorique-Tome 2

 

Olivier Giscard d’Estaing, co-fondateur de l’INSEAD :

Je dois dire que je suis ébloui par ce que j’ai entendu, par ce qu’ont représenté toutes vos contributions individuelles depuis ici jusqu’au fond de la salle. Je suis ébloui parce que vous nous avez fait voyager à travers le monde, à travers les continents, à travers les époques, dans le monde de la culture, la science de l’économie, vous avez rappelé les drames de notre époque, on n’a pas à se rendre aveugles… Sommes-nous individuellement responsables, ou collectivement ? Une responsabilité commune demeure difficile, mais vous nous avez montré des directions dans lesquelles on peut aller ; et je suis frappé par la variété de vos formations, de vos pays, de vos origines et l’unité de nos approches et de nos sentiments… très forte, je crois, à ressentir.

Ibrahim ALBALAWI, délégué permanent du Royaume d’Arabie saoudite auprès de l’UNESCO en 2018 :

Face à une évolution qui déstabilise les valeurs éducatives traditionnelles, la jeunesse du monde aspire à des valeurs universelles pour se définir dans un futur commun, durablement pacifique.

L’éducation à la citoyenneté prend ici tout son sens, car elle inculque la culture de l’altérité et de l’universalité. Et j’ai toujours à l’esprit la participation de la Délégation d’Arabie saoudite auprès de l’UNESCO au Colloque « Les citoyens du Monde face aux défis planétaires », qui s’est tenu à l’UNESCO en novembre 2018. Ce genre d’initiative contribue pertinemment à la réflexion sur la manière de penser et de construire la paix. Et je participe autant que possible, avec grand intérêt, à ce genre d’évènements fructueux.

Pour terminer, je tiens à vous remercier tous d’être présents à cette réception si aimablement organisée par madame Kesler et l’Association PANGÉE. Merci à tous, pour notre coopération sur le chemin de la culture et de l’interculturel pour nourrir la réflexion sur l’ingénierie de la Paix.

Merci à toutes et à tous.

 

Ibrahim ALBALAWI, délégué permanent du Royaume d’Arabie saoudite auprès de l’UNESCO en 2018.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Nous, le peuple nous voulons la Paix !”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Nathalie Kesler - Oh So Yun

Nathalie Kesler – OH So Yun est présidente fondatrice de l’ONG PANGÉE et initie l’Opération PANGOR (pang-or.com) « pour un monde sans argent », avec un nouveau défi : tisser un réseau suffisamment solide pour procéder au basculement, après avoir atteint une autarcie en énergies libres.

PANGOR représente l’aboutissement d’une longue réflexion initialement sur le mondialisme, via la Citoyenneté Mondiale, le dialogue inter-diasporas, et l’Ingénierie de paix qui est le concept-phare de PANGÉE ONG (pangee.org).

Enquêtes sur une première École mondiale de l’Administration (parapacem.org).