Mon Molière – Tome 2 Chroniques indiscrètes et sereines – Le défunt imaginaire

(1 avis client)

10.99 21.90 

Molière tout enfant, puis adolescent, puis « par sauts et gambades », plongé dans un monde fait de violences politiques, d’affrontements littéraires : on traverse la création tumultueuse du Cid, les mazarinades, la cour du petit Louis-Dieudonné ; les médecins « de la médecine » qui tuent par ignorance, et parfois par volontaire négligence, et la haine que Jean-Baptiste nourrit contre eux ; son amitié surprenante pour un médecin, justement, qui l’accompagnera jusqu’au tombeau ; et cette autre amitié avec Thomas Sauvage, cocher des fiacres ; et la famille Béjart… Dans ce deuxième volume, on se prend, on se déprend, mais Jean-Baptiste est là, plus vivant que jamais, pour rire et pour pleurer…

Quant à la pièce en cinq actes et en vers, c’est quelque chose qui trottait dans la tête de notre auteur depuis longtemps : faire une sorte de Vingt ans après appliqué à Molière, en prenant certains de ses personnages et en leur faisant vivre des aventures auxquelles on ne s’attendait pas…

Et le tout baignant dans une langue française riche avec laquelle Gérard Cadet s’amuse, prend des libertés, tout en espérant que ses lecteurs le suivront facilement dans tous ces chemins de traverse.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

1 avis pour Mon Molière – Tome 2 Chroniques indiscrètes et sereines – Le défunt imaginaire

  1. Roxane M.

    Ouahhhh !!❤

    Que dire… Ce spin off est juste génialissime, comme les deux premiers tomes. Il transporte, fait voyager, permet de mieux connaître certains personnages et la fin… Que dire inattendue, surprenante et ensorcellante! Monsieur Cadet ne vous arrêtez pas, svp.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Gérard Cadet

La retraite de l’Éducation nationale est bien loin derrière maintenant, tant les années filent vite, occupées, depuis 2015, par l’écriture de la saga de Loris et de Cairnbihan. Mais, depuis l’an passé, Gérard Cadet s’est lancé dans un autre concept littéraire : celui des chroniques théâtrales. Celles-ci comportent deux parties bien distinctes : une autobiographie fantaisiste signée Jean-Baptiste Poquelin, et une pièce de théâtre portant sur Molière et écrite en vers alexandrins. Ces chroniques sont de pure fantaisie, mêlant allègrement les événements connus de la vie de Molière et d’autres beaucoup plus fantaisistes, voire totalement sortis de l’imagination de l’auteur puisque, à plusieurs reprises, le jeune Poquelin rencontre des écrivains ou des politiques bien connus, et parfois il en rencontre d’autres sortis eux-mêmes de la réalité romanesque de Dumas père, par exemple, ce qui fait sourire de plaisir notre professeur de lettres qui a toujours éprouvé énormément de tendresse pour ces deux géants, Jean-Baptiste et Alexandre, qui ont bercé sa jeunesse et toutes les années qui ont suivi…