Mon Molière – Chroniques imaginaires et secrètes – L’École des imposteurs

(1 avis client)

9.99 20.90 

Deux parties distinctes et intimement liées. D’abord, des Chroniques imaginaires et secrètes, une sorte d’autobiographie provenant de la réalité et de l’imagination… Ensuite, une pièce de théâtre, comédie en cinq actes, en alexandrins, dont les deux héros sont d’une part Molière et d’autre part Louis XIV, l’intrigue tournant autour des mystères de la création des pièces de Jean-Baptiste et d’un complot débouchant sur un meurtre d’où vont devoir se dépêtrer tous les personnages… Un Molière connu et inconnu…

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

« Dans l’église Saint-Eustache, il régnait un froid sépulcral. Mon père bafouilla quelques phrases insipides sur le cercueil de ma pauvre maman-soupir, puis le convoi se dirigea vers le cimetière des Saints-Innocents. Je m’étais attendu à un discours paternel plein de compassion et de tendresse retenues. Rien de tout cela. J’étais déçu. Au moment où le croque-mort, debout près de la fosse, s’apprêtait à donner l’ordre de l’y descendre, j’ignore ce qui me prit, je m’approchai solennellement du cercueil, devant lequel je m’agenouillai, puis y posai ma main droite tandis que je plaçai la gauche sur mon cœur et que, d’une voix bien claire et qui ne tremblait pas :

— Je te jure, ma petite mère, que tu seras fière de moi, quelque jour ! dis-je.

Puis, je me relevai et m’éloignai dans la stupéfaction générale. »

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

1 avis pour Mon Molière – Chroniques imaginaires et secrètes – L’École des imposteurs

  1. Roxane M.

    A consommer sans modération

    Que dire… Encore une fois, Monsieur Cadet, nous emporte, nous fait vibrer au gré et au vent des aventures du grand Monsieur Poquelin!!! La partie romancée se lit à la vitesse de lumière. Je ne lâche pas le livre et j’en veux encore. Que dire de la pièce de théâtre… elle est géniale, claire, lisible, prenante, et laisse un petit goût de “C’est déjà fini??” . Je n’ai qu’un mot à dire, encore, encore et encore. Il me tarde la suite

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Gérard Cadet

Ce troisième et dernier volume des Mon Molière a été conçu et réalisé sous le règne d’une fée Carabosse : « Un mal qui répand la terreur… La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)… » Oui, la peste ou le choléra : il faut choisir, dit-on ! La grippe espagnole ou la Première Guerre mondiale : pas de choix, la confrontation successive… Le sida et son VIH… et tous les tabous, et toutes les horreurs vécues, mais aussi celles dites sous la couverture de la fatalité, de la punition divine ou morale, monstrueusement insinuante… Et puis, la covid-19… Et nous sommes en plein dedans, et nous la subissons, et nous espérons la vaincre, mais à quel prix ! Molière, où es-tu, mon bon Jean-Baptiste ?… Toi qui t’es battu toute ta vie et toute ta mort, au milieu de tes proches et des Diafoirus, des Purgon, des Fleurant, dans un tourbillon de danse macabre ! Relisez bien Molière… Vous verrez que, même dans ses pièces les plus drôles, le spectre de la Grande Faucheuse est toujours là, souriant, grimaçant… Et dans les deux pièces de Gérard Cadet, qui accompagnent les confessions de Jean-Baptiste, qu’elles soient de la farce ou de la tragédie, le même spectre erre…