Mon jardin imparfait

7.99 17.90 

Le Covid, ce virus, venu faucher notre tempo du vivant, nous oblige à un repliement qui trouve ici à s’agrandir. C’est lui qui aura créé l’espace à l’auteur Florence COUPAT, pour impulser la réalisation de cet ouvrage. C’est lui aussi qui dresse un pont avec son père, décédé il y a plus de 6 ans, sous la forme d’une promesse qui se tient.
L’auteur tente de repousser les murs, en nous installant sur fond de pandémie, pour nous conter comment son héroïne Alexandra, surmonte le fracas, en résistant à ce qui a cogné dans sa petite PME, et de quelle manière elle s’amarre à ses liens, dans la distance de sécurité, tout en poursuivant sa quête amoureuse dans le E.monde.
Fresque ornée de sa poésie, son antidote, qui scande tout au long du récit, l’impossible confinement, et vient nous « rapter » pour nous maintenir ouverts à l’amour et à la beauté.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Être debout et pouvoir y rester, se dit-elle, plantée dans le monde comme un tronc d’arbre, la tête érigée à la hauteur des autres, leur faisant face, en étant souvent toisée ou bien encore en surplombant l’autre, parfois avec quelque arrogance.

Quand on ne peut plus se redresser durablement tout est de biais, les regards et même les intentions. On perd son égalité d’échange en produisant une forme de commisération. Et puis tout ce qui est autour de soi change de perspective.

Elle avait cessé de faire du rase-motte avec le mobilier et l’âme des autres.

Elle s’était finalement redressée.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mon jardin imparfait”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Florence Coupat

Florence COUPAT, qui a toujours œuvré dans le milieu de l’Entreprise, en pilotant deux petites PME, a manifesté en outre, tout au long de sa vie, un goût profond pour la littérature et la poésie. Un fracas venu percuter son existence, lui fait épouser de plus près « le verbe ». Son père, à qui elle lisait souvent ses ébauches d’écrits et ses poèmes, l’a invitée avec force à finaliser un ouvrage. En 2014, année de sa mort, elle lui demande de lui dédier une préface, pour le cas où l’évènement se produirait. Dont acte.