Mimite

7.99 14.90 

L’histoire de la vie d’une femme, ma grand-mère, une Picarde qui a eu la malchance d’avoir toujours été là où il ne fallait pas être :
À Toul, en 1914 ! Dans la Somme, en 1915 !
L’évacuation à pied vers la Bretagne, avec ses enfants.
La vie de château, avec deux blessés de guerre.
À Pozières dans la Somme, en 1940, sa maison bombardée.
Son retour en Bretagne, pourquoi ou plutôt pour qui ?
Et puis…

Effacer

Description

EXTRAIT DU LIVRE

« Pète pas plus haut que tu as le cul ! »

Voilà ce qu’elle m’a répondu à ma demande d’une maxime propre à orienter ma vie.

Je ne me souviens plus de notre première rencontre… Et pour cause, je venais de naître ! Mais je suis sûr que, d’emblée, il est né quelque chose entre ma grand-mère et moi. Dédaignant ma mère, elle s’emparait de moi pour m’exposer à la foule en délire. La foule, ce n’était pas grand-chose à Pozières le dimanche à l’église. Elle n’y allait pas par conviction religieuse, mais pour le lien social. Je crois qu’elle montrait sa revanche sur la vie, à Dieu en personne. Et si Dieu existait, elle lui montrait sa conquête… Moi !

Il faut planter le décor. Pozières les bains, comme ma mère disait, est un village étiré le long de la route nationale qui va d’Albert à Bapaume… De grandes plaines égayées par les cimetières de toutes les nationalités combattantes de la « Grande Guerre », des croix sur les côtés de la route et tout au bout, loin, loin, des clochers d’église. Il faut y ajouter des nuages bas, le vent et le crachin… Dans la Somme, la différence entre l’été et l’hiver, c’est la doublure dans l’imperméable !!!

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mimite”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jacques Vassitch

Enfant, héritier d’un père militaire français et d’une mère serbe, l’auteur cherche à s’aider, pour sa vie future, de principes simples. Heureusement, il entretient un lien étroit avec la mère de son père, sa grand-mère, sa « Mimite », qui lui insuffle un principe fondamental : le principe de réalité. Plus tard, il découvre, bien enfouie chez elle, l’exemplarité des amours Éros et Agape que, le plus souvent, les femmes sont capables de donner.