Même les cigognes ne migrent plus

9.99 21.90 

Un Anglais porte le nom d’une cité espagnole et cherche à savoir d’où lui vient ce patronyme. Il s’adresse à ses ancêtres, qui, d’outre-tombe, lui racontent leur vie et leurs différentes immigrations plus ou moins forcées. Cette saga d’une famille juive va nous transporter dans sept pays, et couvrir six siècles. Nous retrouvons des personnages historiques, mais le fil rouge reste la généalogie de cet homme, né en Egypte, Anglais et résidant au Royaume-Uni depuis l’âge de 4 ans, puis venant à Paris avec sa famille à l’âge de 14 ans. Il retrouve l’Angleterre pendant la deuxième guerre mondiale, avant de revenir avec le débarquement de Normandie et y planter définitivement ses racines, épousant une Française de souche.

L’histoire familiale rejoint l’Histoire, nous permettant de rencontrer des intellectuels juifs ou musulmans, en Espagne, au Portugal, dans l’Empire ottoman et en Égypte. Nous allons également faire la connaissance d’autres illustres médecins français et évoquer les études médicales médiévales puis plus récentes en France et à Constantinople. La diplomatie et les conflits incessants avec des renversements d’alliance seront évoqués.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait 1

Ciel, quel réveil ! Mais qu’est-ce qui lui prend, à ce lointain descendant, de vouloir connaître les origines de sa famille ? Nous étions tous tranquillement endormis dans la paix du Sheol*, il va falloir en sortir pour lui donner des informations. De plus, nous ne savons pas tout sur la destinée de nos descendants. Près de sept siècles nous séparent, avec de nombreuses pérégrinations et des implantations dans plusieurs pays. Nous n’avons pas retrouvé tous nos descendants dans le Sheol*. Il faudra bien qu’il se contente de ce que ses ancêtres connus vont pouvoir lui raconter.

Extrait 2

Après ma retraite, mes occupations principales sont de promener mon chien et parfois de jouer au bridge avec des amis. Je continue à fréquenter la British Legion à Paris, organisme chargé de secourir les familles d’anciens militaires britanniques. Je cultive soigneusement mes racines anglaises, quoique n’ayant vécu que fort peu de temps au Royaume-Uni. J’y ai encore mes deux sœurs, qui y sont restées après la guerre et qui sont entourées d’une famille assez nombreuse. Henriette et moi allons les voir de temps en temps et la famille anglaise est souvent heureuse de venir chez nous. Je ne manque jamais, le 1er janvier, d’écouter, au garde-à-vous devant mon poste de radio, le discours traditionnel de la reine Elisabeth. Je garde mon accent anglais lorsque je parle français, alors que les personnes qui m’ont connu à cette époque, disent que je n’avais aucun accent avant la guerre. C’est très pratique, je n’ai pas besoin de me présenter au téléphone, on me reconnaît dès que je prononce le premier mot !

Je sais que je suis maintenant à la fin de ma vie. En y réfléchissant, je me dis que les racines que j’ai plantées sont quand même en France et mes dernières volontés sont d’être incinéré et que mes cendres soient gardées dans une urne déposée dans la terre de France.

 

Informations complémentaires

Auteur

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Même les cigognes ne migrent plus”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Gaillon

Médecin, ayant pris sa retraite en 2003, Roland Gaillon a entrepris des études de théologie (diplôme universitaire de théologie de la faculté catholique d’Angers et certificat d’études bibliques Ancien et Nouveau Testament de l’Institut catholique de Toulouse. Enfant caché pendant la guerre en raison de son appartenance au peuple juif, et ayant perdu ses parents assassinés à Auschwitz, il intervient régulièrement dans les classes de troisième des collèges et de première et terminale des lycées, donnant son témoignage sur la Shoah. Poussé par les professeurs, il a écrit son autobiographie, publiée en 2010. Depuis, il a écrit un roman sur l’immigration, en 1901, d’une famille de Juifs ukrainiens. Un troisième livre a été publié sur l’histoire de la famille d’un Anglais portant un nom espagnol. Ce roman retrace l’histoire d’une famille expulsée d’Espagne en 1492, puis du Portugal en 1496, et poursuivant son errance dans l’empire ottoman, jusqu’au protectorat britannique sur l’Égypte. Un quatrième petit livre met en regard des péricopes bibliques et des nouvelles montrant l’actualisation possible des situations.