Maux de pass(âge) : Doria

(4 avis client)

9.99 19.90 

À vingt-cinq ans, Doria retourne sur les bancs de l’école. Avec la complicité du directeur, elle va se faire passer pour une adolescente et cacher la raison de son retour. Son désir le plus cher est d’obtenir son diplôme pour entreprendre des études universitaires. Cependant, ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est de tomber amoureuse d’un de ses professeurs. De plus, avec le retour de son premier amour, sa vie déjà peu banale va se compliquer. Va-t-elle garder son secret et atteindre son objectif ? Pourra-t-elle vivre pleinement son amour naissant ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

Je m’apprête à partir, toujours Doria dans la tête, lorsque j’entends un bruit, provenant des douches des filles. Elle est encore là. Je m’arrête au niveau du vestiaire, étrange, je n’entends plus aucun son.

  • Doria !

Pas de réponse. Je frappe et tends l’oreille.

  • Doria tout va bien ? insisté-je.

Je tente d’ouvrir la porte, celle-ci est fermée. J’attends avant de renouveler ma tentative. Là, pas de doute, il se passe quelque chose.

Heureusement, les portes sont vétustes et je peux à coups de pied, sans trop de peine, ouvrir la pièce réservée aux filles. La porte heurte violemment le mur, ce qui engendre un son assourdissant. Il n’y a personne, pourtant les vêtements de Doria pendent à une patère. Elle doit forcément se trouver encore ici. En m’avançant à pas lents, je l’appelle à nouveau.

  • Doria !

Je vois une main au sol. Je me précipite. Doria est étendue nue devant les douches. Elle tient dans une main sa serviette dans laquelle elle n’a pas eu le temps de s’envelopper. Je la recouvre. Quel soulagement, elle se met à bouger.

  • Doria ? Que s’est-il passé ?

 

 

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

4 avis pour Maux de pass(âge) : Doria

  1. karine Pradeau

    Très bon roman dans lequel les personnages deviennent rapidement très attachants et ou
    le suspense sait être gardé. Le choix de l’emploi de la 1ere personne du singulier pour faire parler chaque
    personnage rend le livre très vivant et j’en ai beaucoup apprécié l’idée.
    Cette simplicité de ton rend le roman très agréable à lire. Chaque détail (description, impression, odeur, froid…)
    participant à lui donner l’âme d’un roman de très bon niveau qu’on déguste sans modération.
    Félicitations à Domino Smith.

  2. Maria Papia

    Très bon roman,il se lis facilement et ont a l’impretion d’etre dans le personnage.

    Se livre est a conseillier.

  3. Lorely

    Histoire très bien écrite, facile et agréable à lire, on est tout de suite plongés dans l’histoire ! Plein de rebondissements auxquels on ne s’attend pas, ce qui rend le livre absorbant du début à la fin. On a envie de connaître la suite et on s’identifie aux personnages, on est pris dans l’histoire comme dans un bon film 😁.
    Je pense que ce livre est pour tous les âges et peut donner goût à la lecture.

  4. Fourez Carine

    J’ai dévoré ce livre. L’histoire est simple, touchante et très agréable. Dès les premières pages on est littéralement pris dans l’histoire, on n’a plus envie d’arrêter. J’aimerais vraiment qu’il y ait une suite !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Domino Smith

Domino Smith a voulu écrire sur « l’après-maladie », sans trop tourner dans le drame. Peut-être en existe-t-il des milliers ? Ayant elle-même combattu un premier cancer à dix-sept ans et un second à vingt-neuf ans, elle pensait être la mieux placée pour en parler. Elle s’est ainsi inspirée de certains événements survenus dans sa vie, sans pour autant tourner dans l’autobiographie. Pour preuve, elle ne ressemble en rien à son héroïne, elle a 32 ans, elle est mariée à son âme sœur depuis neuf ans et elle a entrepris des études de secrétaire de direction, le métier qu’elle exerce depuis dix ans. Selon elle, la maladie est comme un trait de crayon sur une feuille de papier immaculé. On tente de l’effacer de toutes nos forces, mais le résultat est que la feuille ne sera plus jamais aussi blanche. C’est le message subtil qu’elle fait passer à travers les pages de son roman.