Lyrique du soliloqueur

4.99 12.90 

 Dans son troisième recueil de poésie, Alain Mous transcende le quotidien et l’habille de merveilleux en lui offrant une dimension poétique.
Ses textes ont souvent un goût de cette enfance endormie en chacun d’entre nous : « Nous nous fichions des théorèmes, Pour vivre au mieux tous nos je t’aime, Puis réenfourcher nos montures, Vers des tartines de confitures… »
Avec toujours autant de pudeur et de simplicité, mais aussi avec la passion du créateur, il se livre intimement au gré de sa poésie, car pour lui « la poésie consiste à unir des mots qui s’aiment »

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Nous parcourons les allées silencieusement
Nos pas chuchotants recherchent notre trésor
Comme les notes amoureuses cherchent le bon accord
Dans ce dédale où nos mains si pudiquement
Se promènent sur le dos lustré des livres neufs
Puis les ouvrir pour humer le cœur des pages
Rebondir sur les mots comme on joue de l’éteuf
Contraindre nos yeux à n’en lire qu’un passage
Blottir contre sa poitrine le livre choisi…

***

Caresser ton corps de cuir avec tendresse,
Parcourir ta reliure de délicatesse,
Puis s’enivrer de l’effluve de tes pages,
Sur la pointe des doigts s’esquisse le voyage.

Les mains tremblantes sur le papier glacé ;
Les précieux livres offrant en leur délitement
À travers les fragments de cellulose encrés,
La machinerie de nos fantasmes avoués.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Lyrique du soliloqueur”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur(e) : Alain Mous

Après Tout un chemin et Dédales de l’âme, Alain Mous revient vers vous avec la simplicité qui l’anime, dans son dernier recueil.
Écrire est pour lui une évidence, une nécessité absolue qu’il souhaite vous faire partager.
Il vous propose de l’accompagner pour une promenade poétique, libre, mais orchestrée.
Heureux d'être là, parfois nostalgique, d'une virevolte de plume, il cisèle la phrase jusqu'à ce qu'il la sente assez vibrante pour toucher qui la lira...