Lettres des Assiégés – Paris, septembre 1870 – janvier 1871

9.99 21.90 

Lors du siège de Paris par les Prussiens, en 1870/71, les assiégés ont eu, pour la première fois dans l’histoire, l’occasion de donner de leurs nouvelles régulièrement à leur famille, en province, grâce aux ballons qui étaient construits à Paris, gonflés au gaz, et qui partaient, poussés par le vent. Ce livre est le recueil du contenu de près de 200 lettres ayant voyagé ainsi. Elles racontent le quotidien des assiégés, leur état d’esprit, leurs espoirs et le manque de nouvelles en retour. Les retours étaient très rares, ils se faisaient au moyen de microphotographies, transportées par pigeons voyageurs.
Les lettres devaient peser moins de 4 grammes. Elles sont écrites sur du papier très fin et l’encre a pâli avec les ans. C’est un important travail de déchiffrage qui a été nécessaire pour rendre leur contenu.
Il y a 150 ans, il y avait donc des Parisiens confinés et c’était aussi le début de la pandémie de variole…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

1er extrait :

« Paris est tout à fait changé depuis ces derniers jours. Les rues sont vides et silencieuses, les coups de canon n’en retentissent que plus distincts. Le gaz est distribué avec grande parcimonie, les boutiques se ferment à la nuit, c’est assez sinistre. La sagesse et la modération du général Trochu calment les esprits les plus craintifs à l’endroit de ceux qu’on appelle les rouges. On est à peu près débarrassés des mots qu’ils disaient et qui m’irritaient si fort, par exemple que ces rouges étaient plus à craindre que les ennemis du dehors. Ces paroles m’exaspéraient depuis le commencement de nos malheurs. »

 

2ème extrait :

« Il n’y a plus guère de chats ; les pauvres bêtes ont remplacé les lapins ; quant aux chiens, il paraît qu’il n’est pas prudent pour eux de sortir le soir, sans maître ; il s’est ouvert plusieurs boucheries de chiens ! je n’ai pu encore m’en procurer, ce que je ferai d’ici peu. Les détails n’indiquent pas la famine, loin de là, ils sont la preuve d’une réglementation sage qui nous préserve de la disette. Mais dame ! il y a des gens qui ne veulent pas se passer de manger de viande. C’est pour eux qu’on fait ainsi la guerre aux chats, chiens et rats. Comme on a du saucisson tant qu’on veut, Papa voudrait s’en contenter, ainsi que Marie. Je suis obligé de me fâcher pour leur faire manger leur viande, qu’ils voudraient me laisser. C’est vrai qu’ils tapent sur les confitures et l’armoire s’en dégarnit lentement. »

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Lettres des Assiégés – Paris, septembre 1870 – janvier 1871”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : François Chauvet

François Chauvet a beaucoup voyagé depuis l’enfance, son père étant militaire et il a continué pour des raisons professionnelles : il est ingénieur des Travaux Publics, spécialiste des tunnels. Ses activités professionnelles l’ont amené à parcourir la France et l’Europe de chantier en chantier. Il a ainsi passé 5 ans à Sangatte, sur le chantier du Tunnel sous la Manche.
Il est aussi passionné d’histoire, de musique classique et de philatélie. Cette dernière passion l’a amené à acquérir de nombreux « Ballons montés ». Et il a mis à profit les années au loin pour déchiffrer (voire décrypter) ces lettres du siège de Paris, pour en comprendre le contenu et le rendre compréhensible. Le confinement lui a donné l’occasion de réunir ces textes afin de les partager et de faire en sorte que cette Petite Histoire ne soit pas perdue.