L’étranger, la Bible et nous

7.99 16.90 

Des extraits bibliques du Premier ou du Nouveau Testament (Péricopes) sont présentés et analysés. Une nouvelle ou une histoire réelle sont ensuite racontées, pour montrer que les situations actuelles peuvent être les mêmes que celles qui sont décrites dans la Bible. L’histoire de l’humanité ne s’est pas arrêtée lors de la fixation des textes bibliques. Nous continuons à écrire des pages qui, si elles ne sont pas incluses dans les grands textes religieux, peuvent être, pour les croyants, des signes de l’action de Dieu, par notre intermédiaire, dans le monde actuel et dans nos vies. Nous avons voulu insister sur la présence, dans la Bible, de nombreux textes portant sur l’accueil des étrangers, considérés comme nos frères et que nous devons protéger et aimer. N’est-ce pas un impératif toujours d’actualité ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

Sergio a maintenant 22 ans. Il a fait connaissance d’une famille de vignerons, implantés dans la région depuis plusieurs générations, en travaillant pour eux. Ils ont plusieurs enfants. C’est surtout leur troisième fille, Isabelle, qui intéresse vivement Sergio. Elle n’a que 20 ans et elle est institutrice dans l’école publique du village. Ils sortent ensemble, échangent à propos de livres qu’Isabelle prête à Sergio. Leurs relations deviennent de plus en plus intimes. Personne n’est donc surpris lorsque Sergio demande la main de son amie. Le mariage a lieu en mai 1945, juste après la signature de la paix. Pas de problème de nationalité, puisque la loi du 22 juillet 1942 a été abrogée et que la famille Parisi est à nouveau française. En fait, sa naturalisation n’avait pas été contestée, car la commission Alibert ne s’était pas intéressée à son cas. Les festivités sont joyeuses, même si le rationnement alimentaire, encore en cours, ne permet pas un ravitaillement abondant. Mais, à la campagne, on se débrouille plus facilement qu’en ville. Chez des vignerons, le bon vin ne manque pas et le rosé de Provence coule à flots. Virgilio est le témoin de mon père et Teresa n’est pas peu fière d’être demoiselle d’honneur. Pour l’occasion, sa mère lui a confectionné une robe ravissante, avec des volants. Isabelle a choisi elle aussi son frère aîné comme témoin et sa plus jeune sœur comme demoiselle d’honneur. C’est aussi ma grand-mère qui lui a cousu une robe, semblable à celle de Teresa. Les deux jeunes filles en resteront amies. Le maire fait un discours très amical dans lequel il se réjouit de la bonne intégration de cette famille d’origine italienne, qui enrichit et anime son village. Le curé qui bénit le mariage fait un sermon au cours duquel il atteste de la bonne moralité des deux familles et de leur assiduité, tant à la messe que dans le soutien aux œuvres paroissiales. Il souligne la joie des paroissiens d’accueillir ce nouveau couple de bons catholiques. Tout le village est présent aux noces, et les nombreux cadeaux montrent bien que Luigi et sa famille ont de solides attaches au village. Son grand-père offre au jeune couple une belle maison qu’il a construite spécialement pour eux et la famille d’Isabelle pourvoit à son aménagement, sa décoration et son ameublement. Quelle fierté pour Luigi et Maria de voir leur fils épouser une Française, issue d’une des plus anciennes familles du village! C’est un magnifique témoignage de leur ancrage réussi dans la communauté nationale.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’étranger, la Bible et nous”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Gaillon

Médecin, ayant pris sa retraite en 2003, Roland Gaillon a entrepris des études de théologie (diplôme universitaire de théologie de la faculté catholique d’Angers et certificat d’études bibliques Ancien et Nouveau Testament de l’Institut catholique de Toulouse. Enfant caché pendant la guerre en raison de son appartenance au peuple juif, et ayant perdu ses parents assassinés à Auschwitz, il intervient régulièrement dans les classes de troisième des collèges et de première et terminale des lycées, donnant son témoignage sur la Shoah. Poussé par les professeurs, il a écrit son autobiographie, publiée en 2010. Depuis, il a écrit un roman sur l’immigration, en 1901, d’une famille de Juifs ukrainiens. Un troisième livre a été publié sur l’histoire de la famille d’un Anglais portant un nom espagnol. Ce roman retrace l’histoire d’une famille expulsée d’Espagne en 1492, puis du Portugal en 1496, et poursuivant son errance dans l’empire ottoman, jusqu’au protectorat britannique sur l’Égypte. Un quatrième petit livre met en regard des péricopes bibliques et des nouvelles montrant l’actualisation possible des situations.