L’étoile de Barnard

7.99 16.90 

Un rapport avec les EMI (expériences de mort imminente). Le héros subit, en effet, un accident de la route, le laissant dans le coma. Rescapé, il se souvient de ce monde que l’on appelle au-delà, où la vision est panoramique, le savoir illimité, et les déplacements instantanés. L’idée lui vient alors, d’utiliser ces nouveaux moyens pour étayer ses études sur les exoplanètes proches de la Terre. Une aide lui est nécessaire, celle d’Alessandro Morbidelli, qui tout comme lui, est astrophysicien à l’observatoire de Nice.

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Les verglas se formaient après des fontes diurnes, généraux ou traçant des coulées piégeuses en certains virages abrités. L’attention du conducteur ne pouvait pas être relâchée un seul instant. D’autant qu’une moto n’a que deux roues et ses glissades sont rarement rattrapables. Le conducteur connaissait bien son véhicule mais, mal l’hiver alpin, lequel ne frappe que rarement, et toujours en des occasions imprévisibles. Il ne sut jamais ce qui s’était passé, mais dans un virage portant mal, ses yeux fatigués par l’attention virent une forme ovoïde luisante, traverser son champ de vision. Ce fut bref. Suffisant toutefois pour que moto et conducteur, n’ayant pu anticiper une quelconque manœuvre, franchissent le parapet et tombent dans le vide…

Accident bête. Comme tous les accidents !

Comme il se trouvait sur la route du plateau de Calern et qu’il n’apparaissait pas, le responsable de l’observatoire s’enquit auprès de Virginie, que l’on savait gardienne du home de Renaud, de la réalité de son départ. Puis, il avertit la gendarmerie de Vence, mais la nuit était noire, striée de flocons, engourdie de gel. Personne ne pouvait fouiller un précipice dans ces conditions et le matin fut impatiemment guetté, pour mettre en œuvre des moyens lourds et adéquats. La neige ayant fléchi, un hélicoptère des secours de Nice fut dépêché. S’il était tombé, où était-ce ? Le parcours est assez long, mais ne longe pas toujours de grands dénivelés. Le risque résidait dans le fait qu’il eût passé dans la nuit, et la froidure des heures d’évanouissement ou de coma. Ce ne fut que vers midi, que les traces d’une glissade : branchages brisés, labour de parties terreuses, débris métalliques, furent localisées. L’hélicoptère s’approcha le plus possible de la falaise, sans constater que le blessé remuait encore. Un engin plus lourd avec les moyens du SAMU arriva une heure plus tard. Deux personnes, dont un médecin, furent hélitreuillées dans la zone. Leur premier diagnostic ne fut pas bon. Le blessé n’avait pas repris connaissance et souffrait de nombreuses plaies, dont quelques-unes à la tête. Sa température était très basse, et son évacuation s’avérait être d’une extrême urgence si l’on voulait tenter de le sauver. Un brancard préparé en hâte où le blessé fut arrimé et, enfin, hissé. L’hôpital de Nice fut tout de suite avisé de l’arrivée aux urgences d’un polytraumatisé en déficit de température. Avait-il conservé assez de sang ? Les traces laissées sur place, gelées, séchées, ne permettaient pas de l’affirmer. Beaucoup trop de temps passé dans le froid et probablement sans connaissance.

 

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’étoile de Barnard”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Guy Aymard

Ancien gradé de l'Armée de l'air, riche de l'expérience de ces touche-à-tout que sont les militaires en général, l’auteur est très tôt féru d'Histoire et d'astronomie. Il s'en donne les moyens par ses lectures inlassables, et présente ici, une suite de romans sous le titre de La marche cahotante de l'Homme, de moins quatre-vingt mille ans à aujourd'hui. Le titre présent sort néanmoins de cette nomenclature. C’est un extra...