Les salades de Mademoiselle Giselle et d’autres histoires

6.99 13.90 

« Les salades de Mademoiselle Giselle » ; la première nouvelle est l’histoire érotico-sentimentale, satirique et poignante, d’un professeur d’un âge certain, amoureux d’une jeune et séduisante collègue, prisonnier de son rêve. L’histoire offre un contrepoint puissant à « La Disgrâce » de Coetzee.
La seconde nouvelle est la rêverie d’un jeune homme, contredite par la réalité de sa vie.
Succès et échec final marquent la trajectoire du protagoniste de la troisième nouvelle, ironie du sort commune à ces trois personnages.
Selon Mario Vargas Llosa, une bonne œuvre littéraire permet autant de lectures qu’elle a de lecteurs, car les mots, les images, les motifs et les symboles sont ambigus et parfois contradictoires. Chaque lecteur est donc libre d’interpréter les nouvelles de ce volume selon son expérience et sa sensibilité : récits de l’espoir, ou du désespoir ? Chacun en tirera ou non une « morale de l’histoire ».

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

… je me souvins du conseil d’un présentateur de Radio Asunción, un compagnon de classe à l’Institut Culturel Anglais, qui, voyant mon manque d’expérience, m’avait dit bien clairement : « Le meilleur aphrodisiaque pour la femme, c’est la parole… On excite la femme par les oreilles, et non par les yeux ». Eurêka ! Je tenais la solution, je devais assumer le handicap de mon surpoids, mais en revanche, le débat d’idées et les mots chargés d’érotisme me feraient gagner cette partie.
C’est ainsi que j’eus l’idée d’apporter les photocopies de quelques pages de My uncle Oswald de Roald Dahl. Au moment du dessert, je lui lirais quelques paragraphes où j’avais certaines hésitations sur « l’anglais d’Australie », et bien sûr ! Qui de plus indiqué qu’une linguiste pour préciser la signification exacte des termes utilisés dans ce texte ?

*******************

Très galamment, je l’aidai à se lever en tirant sa chaise. Je la laissai passer devant et je pris le temps nécessaire pour admirer son derrière, parfaitement marqué sous sa robe de fine laine. Puis je m’approchai pour lui donner le bras et traverser tout près d’elle la rue étroite menant à son logis. Elle ouvrit son sac, prit la clé, la fit tourner dans la serrure, poussa doucement la porte avec ses fesses pour pouvoir me regarder en face et me dire :

—Merci beaucoup, Carlos, de cet excellent repas… Excuse-moi de ne pas t’inviter à entrer, mais demain, je dois partir très tôt pour Goulbourn.

—Pas même un thé ? demandai-je stupidement.

—Ce sera pour la prochaine fois… D’accord ?

—Oui, bien sûr ! Sous le coup de la surprise, ce fut là ma réaction…

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les salades de Mademoiselle Giselle et d’autres histoires”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Esteban Bedoya

Écrivain, diplomate et architecte.

Esteban Bedoya est né à Asunción, le 25 avril 1958. Exilé à Buenos Aires avec sa famille, il a partagé une partie de son temps avec des politiciens paraguayens en exil eux aussi, tout en exerçant la profession d'architecte et en pratiquant l'écriture dans des ateliers littéraires. Durant cette période, il a obtenu les prix de l'Association latino-américaine des poètes (1982) et de la Maison d'édition Helguero (1983); ces premières récompenses ont été suivies d'une longue période de silence, avant la parution de son premier livre : « La fosa de los osos » (2003), traduit en français sous le titre « La fosse aux Ours » (2013) et publié en France en mai 2013, par la maison d'édition « La dernière Goutte », à paraître prochainement en Allemagne sous le titre « Der Bärengraben ».
Son roman « Los Malqueridos » a été publié en France chez L'Harmattan (2013). « L'Apocalypse selon Benoît » a reçu le PEN American Center / Lily Tuck Award, 2010, a été traduit en anglais et publié en Australie en 2013. Son livre « Le collectionneur d´oreilles » (roman) a été traduit en français et publié également par « La dernière Goutte », puis traduit en italien et en cours de publication.
« Les salades de Mademoiselle Giselle » nouvelle, présentée au Paraguay en 2016, a une édition bilingue : espagnol, anglais, en version ebook.

Dans ses œuvres, Bedoya décrit une réalité crue et grotesque démasquant l'hypocrisie ambiante, à travers divers personnages. Dans ses deux derniers livres, se déroulant en Australie : « La fabuleuse aventure d'Olivo Monguto et autres histoires australiennes » (2017, éditions Arandurá) et « Bien fait pour toi, Arzamendia ! » (2018, éditions Arandurá).

Il est membre du PEN du Paraguay, de la Société des écrivains du Paraguay, de PEN Amérique et de la Société des Écrivains de Fribourg, en Suisse. Plus d'informations sur l'auteur sont disponibles sur le lien suivant : www.estebanbedoya.com.au