Les naufragés d’Antioche

6.99 13.90 

C’est l’histoire d’un double naufrage, physique et humain. Chaque événement a sa propre vie dont personne ne peut en écrire le scénario à l’avance, ni établir sa planification. Au début des années 1980 une osmose se crée entre trois individus que rien ne prédisposait à se rencontrer, tant leurs parcours individuels étaient différents. Rien ne semblait devoir troubler leur sérénité, jusqu’à ce moment où le destin semble tourner : un naufrage, puis des déménagements, enfin les accidents de la vie qui, par leur irréversibilité, détruisent à jamais cette communion. Autour de cette histoire vécue, l’auteur nous fait découvrir ou redécouvrir, outre la convivialité qui anime le petit groupe, des faits, des scènes et des rites du passé, forts en superstitions et en croyances, qui ont marqué l’histoire de l’île d’Oléron. Il les juxtapose aux pratiques d’aujourd’hui où l’image, le clinquant ont pris le pas sur le mystique. Seul désormais, il faut se réinventer une nouvelle vie, se trouver de nouveaux amis tout en gardant au fond de sa mémoire le souvenir des moments exceptionnels partagés avec ses deux amis disparus.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Le baptême des bateaux

Le monde des marins s’est forgé une quantité innombrable de superstitions et de croyances au fil des siècles, pour notre part nous nous sommes attachés à deux d’entre elles pour leur côté festif et convivial.

Dès les débuts de la marine, s’aventurer en mer était extrêmement dangereux, les marins cherchaient à s’attirer la grâce des dieux, c’est ainsi que la tradition voulut que tout bateau soit baptisé avant de prendre la mer pour la première fois, se protégeant ainsi des intempéries, des monstres marins et autres avaries.

L’origine de ce rituel remonterait à l’Antiquité, à la guerre de Troie où Agamemnon, le légendaire roi de Mycènes, voulut sacrifier sa fille, Iphigénie, pour faire souffler les vents. Par la suite on offrit des esclaves en sacrifice. Pour s’attirer les bonnes grâces des dieux, une personne était sacrifiée et son sang étalé sur la proue. Au fil des siècles, le sang fut remplacé par le vin, déjà les Grecs répandaient du vin sur le pont de leurs navires neufs comme une offrande aux dieux en retour de bienveillance et protection. Aujourd’hui les baptêmes se font au champagne. Une bouteille est alors lancée contre la coque ou l’ancre : plus l’explosion est forte, mieux c’est ! Le bruit éloignera les mauvais esprits ! Mais si elle ne se casse pas du premier coup, c’est un mauvais présage, des tempêtes, avaries et autres désastres attendent le bateau.

******

Le Naufrage

Je ne suis pas d’une génération où tous les enfants apprenaient à nager, les piscines étaient rares et bien souvent un ami, un parent qui savait, apprenait la natation aux enfants dans la rivière toute proche. À l’âge où j’aurais pu apprendre, des cas de poliomyélite se sont déclarés, notamment sur un de mes voisins et camarades de jeux, ce qui mit fin à toute tentative d’apprentissage de cette discipline à mon égard. Allant en vacances à la mer depuis de très nombreuses années c’est en auto-apprentissage que j’ai acquis quelques rudiments de natation. Je pratique une brasse que l’on qualifiera aisément d’académique avec un problème de synchronisation : je ne respire pas en nageant, c’est l’un ou l’autre. Cette technique est consommatrice d’énergie, mais je n’ai rien d’autre à ma disposition pour essayer de survivre jusqu’à l’arrivée des secours.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les naufragés d’Antioche”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Michel Vivien

Après une carrière dans l’industrie, l’auteur s’est tourné vers la généalogie et l’écriture. Il relate ou romance des faits de la vie auxquels il a été confronté. Il signe ici son troisième livre dans lequel il raconte un épisode de ses vacances où pendant de nombreuses années, avec ses amis, ils sillonnaient le pertuis d’Antioche entre l’île d’Oléron et l’île de Ré. C’était pour eux la meilleure façon de recharger les accus pour affronter les épreuves du quotidien. Pêcher, naviguer, partager, dans le vent du large, étaient devenus une addiction. Cette aventure humaine l’a profondément marqué, son naufrage l’a rendu encore plus attentif aux risques de la navigation dans cette zone particulièrement dangereuse et si la lecture de ce livre peut inciter des plaisanciers à plus de prudence en mer, alors cette histoire aura été utile.