Les enquêtes du commissaire Santini – Brigade spéciale

9.99 19.90 

Moi, Santini Justin, commissaire divisionnaire et ma brigade spéciale sommes sur tous les fronts des mœurs diverses et variées, des réseaux pédophiles, des meurtres concernant des prostituées, des infanticides, des féminicides, toutes les affaires en lien avec la sexualité. Depuis plus de vingt ans que j’ai créé cette brigade spéciale, nous devons chaque jour traiter de nouveaux dossiers et ils sont nombreux. Nous donnons régulièrement de grands coups de pied dans les diverses fourmilières, mais chaque fois, nous devons recommencer tant les pédophiles, proxénètes, donneurs d’ordres, tous ces malfrats sans scrupules, ces criminels sont nombreux et très bien organisés. Les différentes verrues de notre société sont variées et agissent non seulement sur notre territoire, dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos campagnes, mais aussi et souvent en lien avec des réseaux étrangers (prostitution, drogue, pédophilie), ce qui ne nous facilite pas la tâche au quotidien. Les criminels ne manquent pas d’imagination pour déjouer nos pièges, traques, souricières et filatures. Ils nous obligent à nous remettre en question régulièrement. Nous devons nous habituer à changer nos méthodes de travail aussi vite qu’eux changent les leurs.

Voici nos enquêtes !

Commençons par l’affaire Alexandra Piémont.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

J’arrive ce matin à la brigade, c’est l’effervescence des mauvais jours. Brice, mon adjoint, toujours fidèle au poste depuis plus de vingt années maintenant, me dit qu’une disparition inquiétante nous a été signalée vers 06h00. Il n’a pas jugé bon de m’appeler, en effet, cela n’aurait pas changé grand-chose. Brice me fait un rapide topo de la situation. D’après ce que nous savons, la jeune adolescente, Alexandra Piémont, n’est pas rentrée au domicile familial depuis hier soir. Les parents, après avoir cherché leur fille une grande partie de la nuit, se sont enfin décidés à venir à la brigade, et encore à cette heure, deux de mes lieutenants sont en train de les interroger. J’apprends que la jeune fille était chez une amie, elles fêtaient, avec d’autres, l’anniversaire de celle-ci. Les parents d’Alexandra avaient donné leur accord et avaient fixé une heure de retour à minuit. Au début, ils ne se sont pas vraiment inquiétés, il arrive parfois que leur fille oublie de regarder sa montre. Ils ont donc attendu un peu avant de se renseigner auprès des parents de la copine d’Alexandra, qui leur ont dit que celle-ci avait quitté leur domicile vers minuit, voire un peu avant. Entre le domicile de la copine et celui d’Alexandra, il y a moins d’un kilomètre, les rues sont éclairées la nuit, enfin peut-être… car nous n’en sommes pas encore certains. Le quartier semble calme, nous n’y intervenons pratiquement jamais et rien ne laissait présager que la jeune adolescente ne serait pas rentrée comme prévu à son domicile. Ce n’est pas la première fois que la jeune fille fait ce parcours, elle le connaît parfaitement et aurait donc dû être de retour aux alentours de minuit, comme cela avait été convenu avec ses parents. Alors que s’est-il passé ? Où est Alexandra Piémont ? Nous allons tenter de le savoir.

*********

À 13h50, madame Belivot arrive avec Anna. Je décide de les recevoir dans mon bureau. Après un rapide point sur cette affaire, je précise à Anna que ce qui va suivre est très important et que si elle a des choses à dire ou à modifier en regard de sa déposition, c’est le moment. Cette dernière ne veut rien changer et maintient ses accusations. Marcel va chercher monsieur Belivot. Malgré mes avertissements à l’un et à l’autre, rien ne diffère de leurs positions respectives, la confrontation tourne court. Anna maintient et accuse son père d’attouchements, malgré les contradictions médicales. Monsieur Belivot, lui, maintient que ce ne sont que des mensonges, mais il reconnaît cependant avoir été trop loin lors des fessées en public, et donc avoir humilié sa fille. Monsieur Belivot promet, devant témoins, de ne plus venir dans la salle de bains quand Anna y sera, ni dans sa chambre le soir, et de ne plus lui infliger de punitions corporelles. Après l’avoir rappelé à loi, je prends la décision de le faire transférer au parquet, le procureur Person décidera de son sort. Une fois mon bureau vidé de ses occupants, j’appelle le juge aux enfants. Ce dernier me confirme qu’il va charger le procureur de faire un suivi de l’enfant par une assistante sociale, et de donner un avertissement à monsieur Belivot pour maltraitances sur enfant avec un sursis de deux ans. Le juge s’en occupe tout de suite. Monsieur Belivot, sous la bonne garde de Marcel et d’un brigadier, est transféré au parquet ; fin de ce dossier pour nous.

 

J’espère sincèrement qu’il aura compris la leçon et que dorénavant, il se tiendra à distance de sa fille et ne recommencera pas. J’espère également que la jeune Anna, à l’avenir, va réfléchir à deux fois avant de porter de telles accusations qui, jusque-là, restent pour moi une simple vengeance. J’espère enfin ne pas avoir à les revoir dans la brigade et que tout va rentrer dans l’ordre sur le plan familial.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les enquêtes du commissaire Santini – Brigade spéciale”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Alain Jollivet

 Alain JOLLIVET est un auteur lavallois né en 1955, en région parisienne. Après une enfance difficile, il décide de s’émanciper à l’âge de 16 ans pour suivre son propre parcours et se forme au métier d’ajusteur-outilleur, puis épouse une carrière militaire, avec la spécialisation de mécanicien dans l’arme blindée de cavalerie (ABC). À la fin de son contrat, il quitte la région orléanaise où il était gradé en active et s’installe en Mayenne, où il embrasse le métier de conducteur routier qu’il exercera durant un grand nombre d’années. C’est dans les années 90 qu’il se découvre une passion pour l’écriture, il publie alors son premier livre, un récit dans lequel il narre ses aventures dans l’exercice du métier de chauffeur routier. Plusieurs ouvrages vont suivre. L’auteur écrit ensuite une autobiographie et divers récits et romans. À la retraite, il poursuit son parcours et publie une nouvelle biographie, puis il se lance dans des romans policiers. Dans ce nouvel ouvrage, le commissaire divisionnaire Santini et sa brigade spéciale nous entraînent une nouvelle fois dans des enquêtes à rebondissements qui ne laissent pas indifférent.

Suspens, frissons, émotions. Tout y est ! Un livre addictif à lire sans modération !