Les Bouddhas du Mékong

5.99 13.90 

Ce livre illustré d’aquarelles est une invitation au voyage au fil de l’eau en Birmanie, en Thaïlande, au Laos, au Cambodge, au Vietnam et en Chine. À travers les temples et les innombrables statues rencontrées, on découvre la vie du Bouddha historique, la différence entre petit et grand véhicule, les bouddhas de la semaine, un Happy Bouddha et même une Lady Bouddha. Au contact des populations de ces pays magiques, c’est toute une philosophie de vie qui se dévoile.

UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

Une des pagodes qui m’ont le plus marquée est la pagode birmane Mahamuni, pagode de l’Arakan. On y vénère un grand bouddha de quatre mètres de haut couvert de feuilles d’or. Seuls les hommes ont le droit de l’approcher et d’y apposer les minces feuilles dorées. Chaque matin, ils viennent lui faire la toilette, lui laver les dents ! Il est tellement recouvert d’or qu’il ressemble à une brioche difforme. Pour entrer dans la salle, nos hommes portent obligatoirement le longji. Nous, les femmes, on reste à la porte, on regarde de loin !

**********

Deux fois au cours de notre voyage, on a assisté à la procession du noviciat pour parfois de très jeunes enfants.
Ils sont habillés comme des princes, en référence à Siddhârta. Ils défilent juchés sur des chevaux enguirlandés ou dans de jolis phaétons accompagnés par leur famille et des villageois, tous en tenue d’apparat, portant des colliers et des gerbes de fleurs. Ici, un faux éléphant décoré, là de la musique. C’est une fête magnifique !
Chaque birman passe au moins une semaine, un mois ou une année au monastère. En général vers l’âge de 10 ans, puis vers 20 ans, certains y restent à vie.

Informations complémentaires

Nbre de pages

118 pages

Version

,

ISBN Ebook

Date de Parution

25/08/22

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les Bouddhas du Mékong”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur(e) : Eliane Duflot

Scientifique de formation, passionnée de culture asiatique, elle peint pour son plaisir et selon ses coups de cœur les paysages ensoleillés de sa Provence ou les décors de ses escapades en Asie. Elle aime associer le pinceau et la plume. L’aquarelle sur papier de riz qu’elle a pratiquée en Chine est le support privilégié de ses illustrations de haïkus et de carnets de voyage.