Les 7 péchés d’Oya – Légende d’une meurtrière

9.99 20.90 

 Née sous le signe du serpent en l’an 1989, Oya, une petite Chinoise élevée pauvrement par sa grand-mère dans le hameau de Jion, nous révèle son côté sombre… Une enfance isolée, un manque d’affection, d’où un caractère ambigu et impulsif, l’entraînent irréversiblement dans les dérives impitoyables de la vie. Au fil des ans, Oya devient une véritable psychopathe, sachant manipuler les êtres qui tombent  sous sa coupe.

À la recherche de son identité, ses pas la mènent en France, dans la ville phocéenne de Marseille et le quartier de la Canebière.

Son mari, Lee Pan, qu’elle a épousé par intérêt, parviendra-t-il à la comprendre et à lui faire entendre raison ?

Prête à tout pour parvenir à ses fins en réglant ses comptes telle une guerrière légendaire, la sylphide Oya n’en demeure pas moins un étonnant personnage, attachant et singulier.

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Bientôt, grand-mère Xiu tomba malade et se mit à tousser violemment. Oya alertant ses oncles, les brus de la vieille dame se dérangèrent pour la soigner. Au bout de quelques jours, alors qu’elle se rétablissait à peine, Li Sha et Mia estimèrent qu’il faisait beaucoup trop froid dans cette demeure pour rester à son chevet et s’en retournèrent dans leur foyer.
Leurs maris, Ru et Shang (les fils de grand-mère Xiu), tempêtèrent, mais aucune d’elles ne céda. Convaincus de protéger leur mère des intempéries, ils décidèrent d’isoler la toiture de la maison de Xiu avec de vieux journaux et de la paille.
Ainsi, en allant chercher les provisions dans le grenier, Oya put enfin, et surtout quand elle sut lire couramment le Pinyin, s’instruire des nouvelles qui paraissaient dans la presse.
Au bout d’un moment, grand-mère qui s’énervait de ne pas la voir revenir, frappait le plafond avec sa canne afin qu’Oya l’entende et finisse par redescendre.
— Mais, que fait-elle donc là-haut ? s’écriait la vieille femme d’une voix acariâtre… Qu’elle pactise avec les esprits malfaisants ne m’étonnerait guère. Pauvre folle d’Oya qu’elle est !
Voilà donc ce à quoi grand-mère Xiu faisait allusion en taxant sa petite fille de dévergondée :
— Ne lui avait-elle pas tiré la langue dès sa naissance?

******

Sous son allure désinvolte, Hou-Chi, l’ancien apprenti du privé Yuan Fù Xìng, se montra toujours précis et méticuleux. En célibataire de vingt-huit ans, le jeune homme vivait encore chez ses parents dans la banlieue de Shanghaï, tout en suivant en alternance les cours de l’école de police. Après ce double assassinat perpétré trois mois plus tôt, et le même jour, on le muta dans le district de Jiashan pour servir de coéquipier à l’inspecteur Deweï, dans le but d’éclaircir cette affaire.
Puisqu’il travaillait déjà pour Yuan Fù Xìng (abattu dans les douches du complexe de tir de Minxing), il put fournir aux officiers de police des explications concernant la concubine de Lee Pan, mais il demeura très circonspect sur la personne qui avait commandité sa filature : son patron, Yuan Fù Xìng, restant rigoureusement discret à ce sujet.
Repassant au crible l’office du privé, en espérant y recueillir l’élément « epsilon » qui lui permettrait de faire la synthèse entre les deux meurtres, le carnet du boss également disparu, il ne détecta aucun indice.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les 7 péchés d’Oya – Légende d’une meurtrière”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Mich' Neveux

Baignée dans les arts depuis son plus jeune âge, Mich Neveux se partage entre la peinture et la littérature. Gérante d’une société de la métallurgie, elle part travailler à Abidjan, en Côte d’Ivoire, avant de regagner définitivement ses pénates en Normandie, où elle crée un atelier de peinture, entourée de vingt-deux élèves. Depuis 2010, elle se consacre davantage à l’écriture. Ses voyages, ses rencontres, sa perspicacité et son imagination débordante font qu’elle ne connaît pas « la page blanche », ce qui lui permet de coucher sur le papier les protagonistes de ses romans pour les faire évoluer…

Ainsi, elle vous dédie ce thriller renforcé d’une pointe d’humour !