Le baiser de l’ange

7.99 17.90 

Quel étrange endroit que cette pension ! Accueillant des enfants aux prises avec leurs parents dans le but de leur faire prendre du recul sur la vie, il s’avère vite qu’il s’agit en fait d’une sorte de maison de correction. Les éducateurs, sadiques, disposent de tout un tas de méthodes pour faire régner l’ordre et la discipline. Tandis que les enfants, sans défense, se soumettent docilement à leur autorité. Très rapidement, Wilfried se fait un nom et une réputation solide. Il devient respecté, tant par le personnel que par les autres pensionnaires. Jusqu’au jour où il rencontre le petit Oscar…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

— Bonjour, Wilfried. Bienvenue au Foyer Belgrand. Toute l’équipe pédagogique se joint à moi pour te souhaiter la bienvenue parmi nous. Nous espérons que tu te plairas, ici. Sache que toute l’équipe et moi-même sommes à ta disposition.

Dès le début, tout cela me sembla trop beau. Quant à mon père, hypnotisé, il buvait leurs paroles. Après m’avoir fait signer le règlement intérieur, mon père fut congédié. On me donna des draps, on m’emmena dans les dortoirs. On m’attribua un numéro, pour marquer mes vêtements : je devins le 85.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le baiser de l’ange”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Gaëtan Leruste

C’est en puisant dans ses souvenirs d’enfance que l’auteur nous convie une deuxième fois à l’expérience singulière de l’amour juvénile entre deux garçons. Pensionnaire à l’âge de dix ans dans une institution particulièrement sadique, il s’en sort en brillant, tant sur le plan scolaire qu’artistique. Cette histoire est également un hommage à celui que j’ai rencontré là-bas, et qui, aujourd’hui encore, après vingt ans d’absence, continue de hanter ma vie à la manière d’un fantôme. S’il en vient un jour à me lire, je ne souhaite lui dire qu’un seul mot : pardon.