Le colosse aux pieds d’argile Du Macronisme

7.99 16.90 

Le “Royaume de Babylone” : Le roi de Babylone à fait un rêve. Seul le prophète Daniel peut l’interpréter. Un prophète, ça prophétise, c’est ce que fit Daniel, il dit au Roi des Rois :

  • Nabuchodonosor ! Tu es le Roi des Rois. Tu as vu une statue immense ; sa tête était d’or, sa poitrine et ses bras d’argent, son ventre et ses cuisses d’airain, ses jambes de fer et ses pieds, de fer et d’argile.

Une pierre, venue d’on ne sait où, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue, et les détruisit. L’or, l’argent, l’airain, le fer et l’argile, tout fut brisé et disparut.

La pierre devint une grande montagne.

  • Roi, le Dieu des cieux t’a donné la puissance, tu domines sur les enfants des hommes, les bêtes, les oiseaux. Tu es la tête d’Or. Après toi, il y aura un autre royaume, puis encore un autre d’airain, puis un quatrième de fer qui brisera Les pieds de la statue sont de fer et d’argile, soit en partie fort et en partie faible et le fer ne s’allie pas avec l’argile. Dieu brisera et anéantira tous ces royaumes. C’est ce qu’indique la pierre qui a brisé le fer, l’airain, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine.

Avertissement :

Sans prétendre posséder la clairvoyance du prophète Daniel, je crains que, comme tous les systèmes politiques centralisés à l’extrême, l’ordre macronien basculera cul par- dessus tête, en nous entraînant dans sa chute.

C’est le sens que j’ai voulu donner à cet ouvrage.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Selon HYPERLINK “http://tempsreel.nouvelobs.com/journaliste/7/baptiste.html” \o “Baptiste Legrand” Baptiste Legrand Publié le HYPERLINK “http:// tempsreel.nouvelobs.com/index/2017/12/22/” \o “Actualités du 22 décembre 2017” 22 décembre 2017

Le chef de l’état s’est exprimé le 22 décembre 2017 devant les représentants des cultes. Il y prend la parole sur la laïcité.

 

Pour la première fois, Emmanuel Macron recevait les représentants des cultes, jeudi à l’Elysée. L’occasion pour lui de préciser ses positions sur la laïcité, un sujet sur lequel il est particulièrement attendu. Devant ses interlocuteurs, le chef de l’état s’est inquiété d’un risque de « radicalisation de la laïcité », selon plusieurs participants.

Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? À force d’être complexe la pensée d’Emmanuel Macron devient nébuleuse.

J’aurais préféré que le président de la république dénonce la « radicalisation religieuse ».

Celle de l’Islam et ses 250 morts récents, dont il aurait dû s’inquiéter.

Le 9 avril 2018, le président Macron s’égare :

Extraits du discours d’Emmanuel Macron devant les évêques de France au collège des Bernardins

Pour nous retrouver ici ce soir, Monseigneur, nous avons, vous et moi, bravé les sceptiques de chaque bord. Et si nous l’avons fait, c’est sans doute que nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’Eglise et l’Etat s’est abîmé, et qu’il nous importe à vous comme à moi de le réparer.

Le président s’égare mais il s’égare avec constance. Quel est donc le projet d’Emmanuel Macron ?

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le colosse aux pieds d’argile Du Macronisme”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Daniel Cassier

Daniel CASSIER naît en 1936 à Bagnolet. Son père étant fait prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne et doit trouver sa place dans une fratrie de trois petits paysans. « Parigot tête de veau, Parisien tête de chien ». Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet. Il obtient le Certificat d’Études Primaires, puis un CAP d’ajusteur. Débutant sa vie professionnelle comme dessinateur, il deviendra chef de bureau d’études. 1956, c’est le service militaire, vingt-sept mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958 à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Novembre 1958, retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir. À cinquante ans, après sa mise au placard, il s’investit dans le syndicalisme actif. Il est licencié à cinquante-six ans, poursuit son parcours dans le syndicalisme judiciaire. À soixante ans, breveté pilote d’avion privé, il se lance alors dans l’écriture. Il devient un observateur du temps qui passe. Son septième ouvrage est une analyse « très partiale » de la politique française contemporaine.