LE COFFRET / GAËLLE – Tome 1- Tome 2- Tome 3

59.70 

Ce qui a inspiré à l’auteur l’envie de se lancer dans l’écriture d’une fiction érotique est la surprenante découverte, dans les « Contes des Mille et une nuits », de récits du même genre où jamais ne se relèvent des propos vulgaires venant entacher la narration, alors que c’est bien souvent le cas des ouvrages de même nature que l’on trouve dans la littérature occidentale. Le discrédit hypocritement jeté depuis deux millénaires sur cette part essentielle de l’humain qui repose sur la distinction du masculin et du féminin en est la cause : on ne salit que ce que l’on n’a pas la liberté de vivre sans que cela soit ressenti comme l’expression d’une turpitude. L’auteur pense – le lecteur jugera – avoir contribué à régénérer ce genre de littérature très particulier, comme en témoigne sans doute la réconfortante fraîcheur d’âme de ses jeunes héros. Il ne s’attribue pas la paternité du récit. Ce sont eux qui, dans l’enchaînement des rencontres, ont écrit leur propre histoire. Celle ci n’est pas finie. L’auteur reste à l’écoute…
Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Livre

Version

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “LE COFFRET / GAËLLE – Tome 1- Tome 2- Tome 3”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Hector de Laind

Ce qui a inspiré à l’auteur l’envie de se lancer dans l’écriture de fictions à caractère érotique est la surprenante découverte, dans les contes « Les Mille et Une Nuits », de récits du même genre où jamais ne se relèvent des propos vulgaires venant entacher la narration, alors que c’est bien souvent le cas des ouvrages de même nature que l’on trouve dans la littérature occidentale. Le discrédit hypocritement jeté depuis deux millénaires sur cette part essentielle de l’humain qui repose sur la distinction du masculin et du féminin en est la cause : on ne salit que ce que l’on n’a pas la liberté de vivre sans que cela soit ressenti comme l’expression d’une turpitude. L’auteur pense – le lecteur jugera – avoir contribué à régénérer ce genre de littérature très particulier, comme en témoigne sans doute la réconfortante fraîcheur d’âme de ses jeunes héros. Il ne s’attribue pas la paternité du récit. Ce sont eux qui, dans l’enchaînement des rencontres, ont écrit leur propre histoire. Celle-ci n’est pas finie. L’auteur reste à l’écoute…