Le cadavre du canapé

7.99 16.90 

Une lettre mystérieuse trouvée dans le canapé acheté par Nathalie à madame Violaine Étienne intrigue les deux sœurs Caroline et Nathalie. Elles concluent à la présence d’un cadavre dans un lieu inconnu et sont entraînées dans une aventure mi-policière, mi-judiciaire.
Les deux sœurs mènent une enquête méticuleuse, celle-ci leur fait découvrir le triste destin de Louise Étienne, la mère de Violaine Étienne.
Louise Étienne a vu son destin basculer quand son compagnon a été tué par Laurent Palitre.
Ce dernier est condamné à une peine de prison légère. Louise Étienne ne supporte pas la perte de son compagnon, elle agira en conséquence.
Caroline et Nathalie découvrent le récit émouvant des amours de madame Louise Étienne que Violaine leur a remis. Elles poursuivent leur enquête.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Laurent Palitre a tué mon compagnon pour lui voler son téléphone portable. Ce faisant, il m’a volé l’homme que j’avais choisi, avec qui j’avais projeté de passer ma vie, avec qui j’ai conçu des enfants. En retour, j’ai rétabli ce qui me semblait juste, Laurent Palitre a payé de sa vie celle qu’il ma volée. Je ne feindrai pas de regretter mon geste pour obtenir la clémence de votre part, car je ne regrette rien. Ou plutôt, je regrette ma vie passée, perdue pour toujours. Vous appliquerez la loi, votre loi. Moi, je suis beaucoup plus exigeante, je demandais plus, je demandais la justice. La loi est versatile, oscillant sans cesse au gré des systèmes politiques et du temps qui passe. Aujourd’hui, je semble coupable, hier, je ne l’aurais pas été, et demain, mon acte serait peut-être justifié par une autre loi.

***

Après une demi-heure de lecture, ne voyant ni homme ni bête, sûre d’être seule, je décide de faire valser mon petit deux pièces et de m’allonger sur le dos, nue comme au premier de mes jours, la tête posée sur mon petit bagage, pour profiter entièrement du soleil.

Fini la lecture, je chausse mes lunettes noires afin de me protéger de l’ardeur du soleil, et sans plus de malice, je sombre dans un demi-sommeil.

Mais Cupidon, le malicieux, veillait sur moi.

Soudain, malgré mes yeux clos, je perçois le passage d’une ombre devant moi.

J’ouvre les yeux sans bouger d’un millimètre. On m’observe. Un jeune homme se tient devant moi, à cinq ou six mètres de mes pieds.

Il est vêtu d’un pantalon et d’une chemise, les bras croisés sur la poitrine, il me regarde attentivement. Je le dévisage, il me semble avenant et gracieux.an

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le cadavre du canapé”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Daniel Cassier

Daniel CASSIER naît en 1936 à Bagnolet. Son père étant fait prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne. Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet. Il obtient le certificat d’études primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il deviendra chef de bureau d’études. 1956, c’est le service militaire, vingt-sept mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958, à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Novembre 1958, retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir. À cinquante ans, après sa mise au placard, il s’investit dans le syndicalisme actif. Il est licencié à cinquante-six ans, poursuit son parcours dans le syndicalisme judiciaire. À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé. Il se lance alors dans l’écriture. Il devient un observateur du temps qui passe. Son huitième ouvrage aborde les dysfonctionnements du système judiciaire français.