La vie au temps du Corona

6.99 13.90 

Qu’y a-t-il derrière le masque d’une voisine de train ? Les animaux qu’on peut toucher remplaceront-ils les hommes ? Comment réaliser un crime parfait en se servant du virus ? Que peut-on faire quand on ne peut plus toucher les femmes ? Et s’il y avait un gentil virus désireux d’épargner les hommes ? Que fera-t-on du coupable, le porteur de virus qui contamine les autres ? Qui prendra le vaccin s’il n’y en a qu’un pour deux ?

Trente-cinq courtes nouvelles racontant de façon humoristique la vie au temps du corona.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

LA TENTATION

Ça ne pouvait plus durer. Toucher une femme, l’embrasser, la serrer dans ses bras, depuis combien de temps ne l’avait-il pas fait ? […]

Ce n’était plus possible.

Un jour, n’y tenant plus, il se rendit dans un musée. Il y avait là, livrées aux regards, exposées au toucher, de jolies femmes qui paraissaient l’attendre.

Il étendit la main.

— Eh là ! dit le gardien, on ne touche pas aux statues.

 

Deuxième extrait

 

Elle était laide. Un menton en galoche, de mauvaises dents, une bouche trop petite, un gros nez.

Vraiment très laide.

Enfin, à moitié laide : elle avait de très beaux yeux. […]

Alors, quand le masque fut obligatoire, ce fut comme une bénédiction : cachant le côté disgracieux de son visage, il ne montrait que ce qui était beau. […]

Hélas ! Tout a une fin. Un beau jour l’épidémie s’arrêta. On enleva les masques. Pour tout le monde, ce fut un soulagement.

Pas pour elle. Elle décida de le garder.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La vie au temps du Corona”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Michel Cahour

Normand d'origine, Michel Cahour a vécu quatre ans au Laos. Il a enseigné la philosophie et le français en Normandie avant de venir s'installer en Provence en 1977. Il a publié treize recueils de poèmes dont un préfacé par Aragon, un témoignage sur sa vie au Laos entre 1975 et 1977 et six livres de nouvelles. Retraité de l'Éducation nationale, il occupe ses loisirs à écrire, à courir et à randonner dans les collines provençales.