La simple vie de Paul

7.99 18.90 

C’est l’histoire d’un petit garçon : Paul. Sa vie commence sur les marches d’une église.
Ce petit garçon est un petit adopté qui sera en quête d’amour.
Il fera de belles rencontres, sa grand-mère maternelle, son ami de toujours, Gaston, Adrienne, un grand bonheur, ses grands parents biologiques, Emilienne et Robert.
Il fera une rencontre décisive dans sa vie : son épouse Marie, ils auront deux beaux enfants Patrick et Katia.
Il exercera le métier de ses rêves : instituteur. Il deviendra, avec de la ténacité, même professeur.
C’est une histoire d’amitié entre deux gamins.
C’est aussi un hymne à l’amour animal ! Ce qu’un chien ou un chat peuvent apporter.

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

Paul n’était pas très câlin. Il était même plutôt sauvage. Lucien et Mathilde n’étaient pas toujours disponibles : ils avaient leur boucherie. Il fut donc envoyé chez sa grand-mère maternelle, Josette, qui vivait seule depuis qu’elle avait perdu son mari. D’emblée elle adora Paul et lui apprit beaucoup de choses. Elle préparait, juste pour lui, des goûters simples : pain, beurre, confitures qu’elle faisait elle-même, sans oublier son fameux riz au lait qu’elle agrémentait de caramel.

Elle jouait beaucoup avec lui, avec des jouets récupérés du grenier de ses deux filles : Angèle, la tante de Paul, et Mathilde, sa maman. Ses parents venaient le voir régulièrement, mais les liens avaient du mal à s’établir. Paul grandissait avec l’amour de sa grand-mère, mais, il devait rentrer à l’école : il était en âge maintenant.

Ce fut un nouveau déchirement pour Paul. Il allait devoir vivre continuellement avec ses parents, alors qu’il ne les voyait qu’occasionnellement, quand ces derniers venaient chez sa grand-mère Josette.

Elle lui sourit, lui dit qu’elle s’appelait Adrienne. Elle lui demanda gentiment son prénom et le nom de son adorable chien. Paul, tout frémissant, lui donna son nom et celui du toutou, et accepta de manger, car la faim lui creusait le ventre.

Adrienne était folle de joie. En chantant, elle cassa vite des œufs frais et lui fit une bonne omelette avec du pain coupé en tranches. Elle donna de l’eau et un reste de hachis à Titus.

Elle regardait avec joie l’enfant qui mangeait avidement. « Il devait avoir faim » se dit Adrienne. Elle ne devait pas le brusquer : elle n’obtiendrait rien de lui. Elle le regardait seulement. Elle avait compris que c’était un gamin qui était parti de chez lui. Mais, pour quel motif, et pourquoi avec un chien ? Elle caressa la tête de celui-ci, qui se laissa faire et se coucha de tout son long.

Paul était maintenant complètement rassuré et rassasié. Il était bien. Il avait l’impression d’avoir toujours connu Adrienne. Elle lui rappelait tant sa grand-mère Josette !… Mais, il devait se reprendre et poursuivre sa route.

Il se leva, et non sans remercier Adrienne de sa gentillesse, lui dit qu’il allait repartir.

Adrienne lui proposa :

—   Pourquoi tu ne restes pas quelques jours avec moi ? Je suis seule, j’ai une petite ferme et j’aurais bien besoin d’aide !

Paul était hésitant : n’allait-elle pas le dénoncer ? Il se demanda vraiment s’il devait rester. Adrienne était agréable et Titus avait l’air heureux. Il était en confiance, cela se voyait.

La grand-mère n’avait pas menti. Elle se sentait seule et était sous le charme de Paul.

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La simple vie de Paul”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Florence Gaufny

Écrire a été une thérapie. L’envie d’écrire a toujours été réelle. J’avais toujours voulu me lancer, sans jamais l’oser. Un événement professionnel m’a poussée dans le merveilleux univers de l’écriture. Je devais faire le vide, suite à une situation stressante. J’ai pris un cahier et Paul est né. Le soir, je n’avais qu’une hâte, c’était de retrouver Paul. Les mots courraient sur le cahier, et une belle histoire était née... Les pages se noircissaient. Le réservoir d’idées se vidait. Les idées affluaient, même, des fois, plus vite que la plume écrivait. Paul habitait avec moi. J’ai eu quelques larmes, à certains passages qui me touchent encore aujourd’hui.