La providence guide Gaspard l’Ariégeois

(7 avis client)

6.99 15.90 

Le XIVe siècle fut particulièrement calamiteux, il éprouva impitoyablement les populations de France.
C’est en cette époque que vécut Gaspard l’Ariégeois, qui grâce à un habile subterfuge se glissa dans la peau d’un nobliau. Son intelligence lui permit de s’approprier cette nouvelle identité, au point d’être identifié comme tel, dix ans plus tard, par la famille du disparu.
Son ami confident lui disait :
 « Le mensonge qui fait du bien  vaut mieux que la vérité qui fait du mal. »
En pensée il pria :
 « Seigneur, ta main me conduit, de quoi aurais-je peur ? »

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

« Les rencontres hasardeuses sont comme le vent, quand elles nous effleurent en douceur, c’est agréable. Voilà ce qu’il a ressenti en voyant cette jeune fille aux yeux de biche, il l’avait déjà croisée au cours de ses déplacements dans la ville. Aujourd’hui, ils étaient seuls sur cette grève, avec les mouettes, il pouvait l’observer à loisir, son regard était envoutant, elle était excitante et tendre du corsage. »

« Le bateau n’est plus qu’une coquille de noix dans cette immensité apocalyptique, il est le jouet des flots, il s’élève, plonge, submergé par d’énormes vagues, l’équipage pousse des cris de terreur, les bois craquent, les éclairs zèbrent l’obscurité… c’est la fin du monde, les membres de l’État-Major prient quand chaque vague vient se briser sur la coque en rugissant. »

Informations complémentaires

Nbre de pages

150 pages

ISBN Ebook

Version

,

Date de Parution

18/08/22

ISBN Livre

7 avis pour La providence guide Gaspard l’Ariégeois

  1. Aline

    Donc, comme je te le disais il y a quelques jours, Gaspard-Clodomir est le héros d’un roman bien sympathique jonché de références historiques. Un voyage dans le temps à contresens qui fait du bien et nous fait mesurer le gouffre entre lui et nous, un monde qu’il est difficile d’entrevoir aujourd’hui. Heureusement, ton livre retrace beaucoup de ce passé et nous transporte à la découverte, tout comme lui, d’un univers inconnu. J’ai bien aimé les références et descriptions données au cours du long voyage en bateau, ce fut une piqûre de rappel de mes petites connaissances historiques et géographiques acquises à l’école, il y a fort longtemps.

    Merci d’avoir fait exister Gaspard et partagé avec lui ses années d’errance puis d’aboutissement, et enfin son retour en terre agenaise pour mon plus grand plaisir.

    Je ne puis que t’inciter à donner une suite à ce succulent roman.

  2. Philippe Labbé

    Mon cher Jacques.

    Eh-bien, me voici compagnon de ton fils Gaspard. Ton fils ou ton double?
    Je t’ai imaginé dans ton pigeonnier, compagnon d’un nouveau tour du monde dans ton fauteuil pivotant, humant des parfums d’aventure,
    souriant en toi-même, ou de toi même. Des papiers partout, raturés, couverts d’ajouts ou tout dans la boite électronique.
    L’histoire se lit avec plaisir, comme un conte de fée, de fée virile, un conte d’autrefois, avec des valeurs d’autrefois.
    A un moment, je me retrouvais m’éclatant avec Belmondo-Fanfan la Tulipe et la belle Gitane.

  3. GRIMA OLIVIER

    Quel bonheur de découvrir le second opus de Jacques Peyrard !
    Après avoir adoré “Féliciano, la guerre et l’amour”, j’ai plongé avec appétence dans ce livre historique qui nous conte un épisode savoureux de la vie de Gaspard.
    Ce livre fourmille de détails historiques, et nous entraîne dans une aventure riches en péripéties, au cœur du XIVème siècle qui fut calamiteux, mais notre héros Gaspard trouva en lui des ressources insoupçonnées pour faire de sa vie un voyage vers son bonheur.
    Foncer l’acheter ou commander le ici, mais surtout lisez le !

  4. SEGUIN Michel

    Ce Gaspard vit dans une période historique que nous connaissons mal et que l’auteur nous aide à comprendre. Ce Gaspard vit une aventure que nous n’aurions pas imaginé, riche en rebondissements, pleine de valeurs humaines, d’amour et de loyalisme, même si le costume de Clodomir/Gaspard ne l’est pas à son début.
    La fin de ce livre interpelle le lecteur, le laisse perplexe, sur sa faim et le laisse imaginer qu’une suite pourrait alors exister.
    Merci Jacques pour ce livre qui nous éloigne un instant des vicissitudes contemporaines de notre 21ieme siècle.

  5. henri coustillac

    Une belle fresque de cette période de notre pays !De la recherche historique et géographique (en Méditerranée)!A déguster sans modération !

  6. henri coustillac

    Une belle histoire,l’auteur plonge dans une région qu’il connaît bien !Des heures de lecture distrayante !Bravo l’artiste !

  7. Kéo-Singharath Lu

    Commentaire sur « La Providence guide Gaspard l’Ariégeois » de Jacques Peyrard.
    Sydney Laurent Editions, 2022.

    « La vie, ce n’est pas une question de savoir courir vite ou avec quelle élégance. La vie est un camp d’entraînements. Il faut persévérer malgré les épreuves et les obstacles pour gagner notre passage dans la prochaine vie », Dean R. Koontz.
    Dans cette humanité, chacun cherche le sens à donner à son existence. Notre vie peut être fade ou palpitante. Pour certains, la vie serait un long fleuve tranquille. Pour d’autres, la vie serait ce que d’aucuns désirent qu’elle fût, une belle aventure, surprenante, enrichissante. En pleine conscience, acteur ou spectateur, c’est à chacun de déterminer le chemin à suivre, le dessein à atteindre, sachant que le temps qui nous est imparti par le Grand Horloger n’est pas élastique. Quelque part, « La Providence guide Gaspard L’Ariégeois » comme d’ailleurs « Féliciano, la guerre et l’amour » reflètent ces héros qui sommeillent en chacun de nous en quête de sensation et du merveilleux. Au-delà de leurs itinéraires romanesques, de leurs parcours initiatiques, véhiculent ces nobles valeurs humanistes que sont l’amour, l’amitié, la fidélité. Ce sont ces sources de jouvence inépuisables qui bonifient notre saveur existentielle. Elles portent en elles, la flamme de l’espérance. La plume de Jacques Peyrard est limpide, dansante, trempée dans la joie et la félicité, données en partage. Merci à lui, pour ces beaux sillons laissés sur son passage.
    Kéo-Singharath Lu

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Jacques Peyrard

Jacques PEYRARD, Lieutenant-Colonel (Honoraire) et Commandeur dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur, a servi pendant 4 ans en Algérie, de 1957 à 1961, successivement comme Sous-Lieutenant chef de section au 7ème Régiment de Tirailleurs Algériens, puis Lieutenant chef d'une Section Administrative Spécialisée (SAS), administrant deux communes des Aurès comptant 4975 âmes. Son père adjudant-chef de l'Infanterie Coloniale, qui a été éloigné de sa famille de 1940 à 1945 durant la seconde guerre mondiale, puis de janvier 1946 à novembre 1948 pendant la guerre d'Indochine.