La jeunesse d’Irma Grese

7.99 18.90 

Sophie, une jeune universitaire parisienne en vacances d’été en Corrèze, reçoit pour son anniversaire un legs de son arrière-grand-mère paternelle. Il s’agit d’un volumineux dossier comportant d’une part des révélations écrites par la bisaïeule de Sophie et d’autre part une narration rédigée par une jeune Allemande nommée Irma Grese qui fut l’archétype des gardiennes criminelles des camps de concentration nazis. La découverte des documents présents dans le dossier va stupéfier Sophie qui apprend ce que fut la nature des relations intimes entre sa parente ayant été employée au camp de Ravensbrück et celle qui fut capturée en 1945 dans le camp de Bergen-Belsen et devint la plus jeune condamnée à la pendaison par la justice militaire anglaise. Sophie apprendra également que ses origines familiales ne sont pas du tout ce qu’elle croyait et elle s’interrogera sur l’origine du mal, de la cruauté, du sadisme de femmes vis-à-vis d’autres femmes.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

J’avais une idée imprécise de la filiation allant de Jeanne à moi-même. On ne m’avait raconté que des bribes d’histoires familiales, de courtes informations lâchées au compte-goutte, confettis d’indications qui grossièrement réunis, de même qu’un restaurateur reconstruit une mosaïque ancienne, m’avaient sommairement informée par rassemblements de tesselles sur la fratrie Duisbert à laquelle j’appartiens. J’ignorais tout de la vie, particulièrement de sa vie chez les Teutons de la devancière dont mes parents ne me dirent presque jamais rien. S’agissait-il d’une banale négligence de la mémoire ? D’une omission volontaire ?

*****

Avant que j’aie pu dire un mot son claquement de talons me fit sursauter, il me salua en tant que Frau Duisbert après le rituel heil Hitler et me fit un cérémonial baisemain. Je saluais poliment le Gruppenfürher tout en découvrant de plus près son visage de reptile aux yeux bleus, ses cheveux gominés coupés très courts, collés sur le crâne. Heydrich ne me laissa pas placer un mot, m’expliqua qu’un rendez-vous urgent le contraignait à partir, me remercia d’avoir sauvé son épouse à Potsdam, se coiffa de sa casquette à tête de mort, rajusta son col à feuilles de chêne, prit son portefeuille en cuir noir tout en m’informant que le SS-Obersturmfürher allait prendre soin de mon dossier, que son collaborateur me fournirait tous les documents nécessaires à ma vie heureuse dans le troisième Reich, puis me quitta en me gratifiant d’un salut nazi et en aboyant un « heil Hitler » auquel je répondis timidement, bras tendu.

*****

Je me souviens de l’année, je me souviens du mois, je me souviens du jour, je me souviens de l’heure : lundi deux mai 1938 à dix heures de la matinée. Irina, la surveillante, me fit demander pour me présenter la créature divine et démoniaque qui allait dérégler tout en moi en démasquant et réveillant dans ma personne le mauvais tapi sous la croûte irréprochable de l’apparence sociale. Le vent mauvais aux cheveux blonds et aux yeux myosotis me serra la main timidement en balbutiant trois mots que je ne compris pas. Irina m’expliqua qu’Irma Grese âgée de quinze ans était envoyée à la laiterie par la Bund Deutscher Madel – la ligue des jeunes filles allemandes – dépendant des Hitlerjugends qui avaient demandé à la demoiselle de faire un stage à la laiterie.

*****

Enfin je la voyais mais sans réaliser immédiatement pourquoi les détenues étaient paralysées, statufiées. Pourtant Irma était très jolie coiffée d’un calot incliné du côté droit et chaussée de magnifiques bottes impeccablement cirées. Elle qui me disait souvent vouloir faire du cinéma plus tard, après la guerre, je lui trouvais la beauté d’une star hollywoodienne. Irma ne me vit pas immédiatement. Alors qu’une autre surveillante faisait l’appel ma douce se déplaçait le long des alignements de femmes immobiles, ayant toujours le regard dirigé vers l’avant, comme si du regard elles cherchaient le néant.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La jeunesse d’Irma Grese”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Norbert Gualde

Norbert Gualde fut médecin immunologiste, universitaire et chercheur.

Il vit à Bordeaux où il se consacre à l’étude des épidémies et à l’écriture comme activité divertissante.