La France qu’ils aimaient

9.99 19.90 

Saga familiale. Au début du XXème siècle, l’Ukraine fait partie de l’Empire russe. Le tsar Alexandre III est un chrétien orthodoxe antisémite et favorise les pogroms contre les Juifs dans son empire. Après une de ces exactions pendant laquelle le rabbin d’un petit village juif près de la mer Noire est assassiné en même temps que sa femme, une partie de sa famille décide de partir à Odessa puis d’émigrer en France, patrie des droits de l’homme. L’assimilation sera rapide, dès la génération suivante, les fils sont des Français comme les autres. C’est l’histoire de la branche paternelle.

1871, à Saint-Avold, en Moselle : la branche maternelle de la famille, française depuis plusieurs siècles, juive mais sans aucune attache avec le judaïsme, décide de migrer à Paris, pour ne pas devenir des Prussiens, à la suite de l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Moselle par l’Empire germanique. L’implantation parisienne est une réussite et les affaires prospèrent.

1935 : mariage entre la fille des grands bourgeois français et le fils de l’émigré ukrainien. L’assimilation à la France est complète, il ne subsiste aucune attache avec le judaïsme en dehors de la persistance de quelques coutumes.

1940 : l’antisémitisme du régime de Vichy rattrape les deux familles. Le côté maternel se réfugie dans la clandestinité de même que les deux enfants du couple, mais les parents sont déportés et assassinés à Auschwitz. La France sur laquelle ils comptaient les a trahis.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Saga familiale. Au début du XXème siècle, l’Ukraine fait partie de l’Empire russe. Le tsar Alexandre III est un chrétien orthodoxe antisémite et favorise les pogroms contre les Juifs dans son empire. Après une de ces exactions pendant laquelle le rabbin d’un petit village juif près de la mer Noire est assassiné en même temps que sa femme, une partie de sa famille décide de partir à Odessa puis d’émigrer en France, patrie des droits de l’homme. L’assimilation sera rapide, dès la génération suivante, les fils sont des Français comme les autres. C’est l’histoire de la branche paternelle.

1871, à Saint-Avold, en Moselle : la branche maternelle de la famille, française depuis plusieurs siècles, juive mais sans aucune attache avec le judaïsme, décide de migrer à Paris, pour ne pas devenir des Prussiens, à la suite de l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Moselle par l’Empire germanique. L’implantation parisienne est une réussite et les affaires prospèrent.

1935 : mariage entre la fille des grands bourgeois français et le fils de l’émigré ukrainien. L’assimilation à la France est complète, il ne subsiste aucune attache avec le judaïsme en dehors de la persistance de quelques coutumes.

1940 : l’antisémitisme du régime de Vichy rattrape les deux familles. Le côté maternel se réfugie dans la clandestinité de même que les deux enfants du couple, mais les parents sont déportés et assassinés à Auschwitz. La France sur laquelle ils comptaient les a trahis.

Informations complémentaires

Auteur

Version

,

ISBN Livre

ISBN Ebook

Format Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La France qu’ils aimaient”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Gaillon

Médecin, ayant pris sa retraite en 2003, Roland Gaillon a entrepris des études de théologie (diplôme universitaire de théologie de la faculté catholique d’Angers et certificat d’études bibliques Ancien et Nouveau Testament de l’Institut catholique de Toulouse. Enfant caché pendant la guerre en raison de son appartenance au peuple juif, et ayant perdu ses parents assassinés à Auschwitz, il intervient régulièrement dans les classes de troisième des collèges et de première et terminale des lycées, donnant son témoignage sur la Shoah. Poussé par les professeurs, il a écrit son autobiographie, publiée en 2010. Depuis, il a écrit un roman sur l’immigration, en 1901, d’une famille de Juifs ukrainiens. Un troisième livre a été publié sur l’histoire de la famille d’un Anglais portant un nom espagnol. Ce roman retrace l’histoire d’une famille expulsée d’Espagne en 1492, puis du Portugal en 1496, et poursuivant son errance dans l’empire ottoman, jusqu’au protectorat britannique sur l’Égypte. Un quatrième petit livre met en regard des péricopes bibliques et des nouvelles montrant l’actualisation possible des situations.