La décharge « Maranta »

5.99 8.90 

Bacari, un enfant timide d’environ dix ans, élevé dans une famille pauvre de Mayotte, découvre la décharge de son village. Très vite, il y passe tout le temps que lui laisse l’école. La décharge devient le lieu de sa socialisation, il y rencontre les enfants du quartier qui, comme lui, fouillent les ordures pour y dénicher quelques trésors qui auraient échappé à la perspicacité des plus grands, plus expérimentés. Activité de misère qui ne lui apporte que de maigres récoltes, mais qui occupe ses jours. Mais Bacari a un rêve : devenir professeur pour éduquer les enfants pauvres, oublier enfin la décharge et le vagabondage. Grandissant, il parvient à se consacrer entièrement à ses études, mais le dénuement familial le rattrape et il doit trouver du travail pour soulager sa mère du poids de la misère. À force de volonté, il devient instituteur et professe dans d’autres villages de Mayotte, se marie avec une jeune femme de son quartier, choisie par sa famille depuis son jeune âge, comme il est de coutume dans la société mahoraise d’alors. Fier et nostalgique, il raconte ses aventures à ses enfants, à la manière d’un conteur africain, pour perpétuer la mémoire d’un monde révolu.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Il était une fois dans le village de Labattoir, un enfant appelé Bacari. Il était né d’une famille pauvre. Son père, un pêcheur et sa mère, femme au foyer, l’élevaient. Il n’avait aucun repère dans sa vie. C’était un enfant silencieux, solitaire et triste qui ne savait pas quoi faire de ses journées, quand il n’était pas à l’école. Il errait souvent dans les rues de Labattoir espérant trouver de quoi occuper sa journée. Et le plus clair de son temps, il se rendait comme tant d’autres jeunes de son village à la décharge de la petite terre, route Moya en dehors du village et loin des habitations à cause des odeurs.

 Bacari s’était donné pour nouvel objectif de réussir ses études et de décrocher un travail un jour dans les entreprises locales ou les services de la collectivité. Il se disait qu’il pourrait aussi apprendre un métier et créer sa propre entreprise comme beaucoup. Il avait surtout compris que pour cela, il devait mettre toutes les chances de son côté, travailler dur pour réussir ses études et espérer intégrer de grandes écoles un jour. Beaucoup de métiers le passionnaient, il ne voulait se fermer aucune porte.

Comme tous les jeunes de son âge et de son village, il rêvait aussi de devenir infirmier militaire, instituteur, ou pourquoi pas, électricien, mais tout cela dépendait de ses efforts pendant ses études. Il avait confiance, vu qu’il se donnait du mal pour y parvenir et priait Dieu pour réussir.

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La décharge « Maranta »”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Moustoihi Chibaco

Moustoihi CHIBACO, alias Moust, né en 1974 à DZAOUDZI, natif de la Petite-Terre, a connu les deux plus violents cyclones de 1984 et de 1986 qui ont dévasté l’île de Mayotte dans l’océan indien. Rugbyman amateur, il a fait partie de la première sélection de rugby de Mayotte des moins de 18 ans en 1991. Il a grandi dans le village de LABATTOIR et y a fait toutes ses études, avant de passer un concours. Ensuite, il a intégré la Fonction publique, puis, à partir de 2004, il s'est installé à Grande-Terre, plus précisément dans le village de Longoni, près de sa famille maternelle.