La cuisine

9.99 20.90 

En amour – quel que soit le sujet ou l’objet du rêve – on souhaite soit se montrer sous son meilleur jour pour séduire celui ou celle que l’on aime, soit se comporter en professionnel afin d’apprendre tout ce qui se rapporte à cet objet. La cuisine est un art complexe à plusieurs facettes qu’il faut maîtriser. Il faut, comme un virtuose débutant, commencer par faire ses gammes. Le marché est la première étape incontournable. Puis vient la préparation des produits, l’assemblage des saveurs, leur assaisonnement avant l’ultime étape, la cuisson. On fait des erreurs car la cuisine fait appel à plusieurs spécialités très différentes. Le produit a sa propre identité qu’il faut respecter. L’assaisonnement doit magnifier le met que l’on va déguster ou offrir aux convives. Enfin, la cuisson fait appel à la chimie. Le comportement d’un aliment à la cuisson s’apprend. Le trop ou le pas assez peut se traduire par l’immangeable. Lorsque l’on maîtrise l’ensemble, c’est le soleil dans l’assiette et le plaisir dans les yeux, le nez, la bouche et le cœur.

Les odeurs d’une salle d’opération ne flattent pas l’odorat, c’est une La Palissade. Après une longue journée d’intervention, on a envie de respirer l’odeur des roses car le soir, on ne peut supporter ce que l’on a respiré. Dans ce cas, c’est donc par le nez que l’on vient à la cuisine. Et puis les souvenirs des plats cuisinés par les tantines, les grands-mères, la maman, remontent à la mémoire. Les effluves melliflues des pâtissiers, celle des croissants au beurre, les parfums des plats mijotés longuement dans des marmites joufflues, plus culottées que vieilles pipes par le feu de bois, la salinité odorante des charcuteries sorties toutes chaudes des chaudrons, celle des pâtés, terrines et autres cochonnailles sont autant d’invitations à la fête des sens. Par contre, le poisson frais n’a pas d’odeur. Cet habitant de la mer se décompose très vite. Cela se manifeste par un bouquet d’ammoniaque qui vous empuantit le nez. Il existe à Bayeux une poissonnerie exceptionnelle. Si l’on passe sans regarder, on ne la voit (sent) pas. Il faut fuir les magasins odorants et pénétrer en gourmet dans l’antre inodore des citoyens de Neptune.

Effacer
UGS : ND Catégories : , , , Brand:

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La cuisine”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Yves Cirotteau

Chirurgien orthopédiste, praticien hospitalier, directeur scientifique, Yves Cirotteau a commencé à écrire dès l’âge de 16 ans. Parolier, il s’accompagne à la guitare avec un groupe de trois autres étudiants-musiciens. Il passe en vedette américaine à la Mutualité avec John Williams. Il écrit des articles et publie dans des revues internationales. Dès qu’il a du temps libre, il écrit des poèmes, des romans historiques ou policiers, des nouvelles, des pièces de théâtre, de la poésie. Ainsi paraît une saga avec Opération corail, Opération overdrogue, C’était un rêve Helmuth, Des noirs pour de la blanche, Cou de blanc sur la neige, Un drôle de pastis chez les Nobel. Il publie dans des revues internationales sur la chirurgie, Le corail, Deux ans chez les intégristes, Comment se casser la hanche, Bien Vieillir. Il s’intéresse à la cuisine, voyage beaucoup. Ce livre vous donne quelques-unes de ses meilleures recettes.