La confrérie des Copamis

6.99 16.90 

CRICRI le blanc, CHOCO le noir, SAFRAN le jaune, trois copains dès la crèche qui deviendront insensiblement, au cours des années, amis… mieux, copamis. Ils   resteront main dans la main jusqu’au baccalauréat qu’ils réussiront tous les trois mais plus ou moins brillamment. Les études supérieures les sépareront physiquement mais ils resteront néanmoins « copamis » en se réunissant tous les ans autour d’un bon gueuleton durant lequel ils fêteront joyeusement leurs succès respectifs. In fine, Cricri Glaser se retrouvera dans un cabinet d’avocats, Choco N’Golo dans une ONG qu’il a créée à Dakar et Safran Hiro comme associé dans une boîte d’informatique. Puis les noces de Cricri célébrées en France sont suivies d’un voyage auquel participent nos trois copamis qui se retrouvent à Dakar à l’ONG « Blue Cross Africa » créée par N’Golo. C’est la fiesta pendant les fêtes de fin et début d’année.

Le retour en métropole est suivi par quelques années de travail acharné suivi par des succès jusqu’à l’AVC de Hiro qui risque bien de tout remettre en question.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La confrérie des Copamis”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jean-Louis Poullain

Jean louis Poullain est un auteur atypique. Il jette sur le papier tout ce que son cerveau et son humeur ont enregistré au cours de son existence. Il passe allègrement d’un genre à l’autre, biographies virtuelles, autobiographies romancées, polars débridés, essais eroticoporno, romans prémonitoires ou avant-gardistes tel celui qui vous est proposé aujourd’hui. Son style est léger, fluide et agrémenté d’un humour parfois décapant. Mais que les lecteurs et lectrices ne s’y trompent pas, l’auteur ne cherche qu’à susciter chez eux une réflexion personnelle sur les sujets qu’il traite. Il apprécierait que cette pensée lui parvienne sous forme de courriel ou de SMS par le canal de son éditeur. Il y répondra, instituant ainsi un dialogue constructif entre l’auteur et ses lecteurs qui, à ce jour, nous manque cruellement.